Politique

Carte n°1 – Les circonscriptions électorales et les députés de 1852

© Laurent Coste, Teddy Auly

La Constitution du 14 janvier 1852, ayant rejeté le scrutin de liste, établit de fait le scrutin uninominal pour les élections législatives et les départements furent divisés en circonscriptions pour la troisième fois depuis 1820. Sur les 261 circonscriptions, on en comptait 34 dans l’espace correspondant à l’actuelle Nouvelle-Aquitaine : cinq en Gironde, quatre en Dordogne et en Charente-inférieure, trois en Charente, Basses-Pyrénées et Lot-et-Garonne, deux dans les Landes, Corrèze, Creuse, Haute-Vienne, Deux-Sèvres et Vienne.

La Constitution donnait au gouvernement le pouvoir de découper par décret les circonscriptions avec possibilité de les réformer tous les cinq ans. Le découpage initial fut l’œuvre de deux ministres de l’Intérieur successifs, le duc de Morny et Persigny. Le découpage suivant eut lieu en 1857 et, pendant le Second Empire, seules 95 circonscriptions restèrent intactes. En Nouvelle-Aquitaine, c’est le cas de celles des départements de la Charente-inférieure, de la Charente, de la Creuse, des Landes et des Basses-Pyrénées (14 circonscriptions).

La cellule de base du découpage fut le canton et non l’arrondissement administratif et c’est d’ailleurs sous le Second Empire que le nombre de circonscription coïncidant avec l’arrondissement fut le plus faible, l’objectif étant de désorienter les électeurs et, en particulier, de couper les notables de leur base territoriale habituelle.

Même si la Constitution prévoyait que l’élection du Corps législatif avait pour base la population, le gouvernement choisit le nombre d’électeurs, ce qui lui permettait d’influer sur le nombre d’électeurs et donc le nombre de circonscriptions. La taille moyenne des circonscriptions fut fixée à 35 000 électeurs ; elle s’élève en moyenne en Nouvelle-Aquitaine à 38 681 inscrits, avec des écarts considérables, le minimum étant 29 556 inscrits dans la 2ecirconscription de Charente-inférieure et le maximum 55 086 dans la 1e circonscription des Deux-Sèvres.

Le gouvernement pratiqua la candidature officielle, l’administration préfectorale indiquant aux électeurs quel était le candidat qui bénéficiait de la bienveillance du gouvernement. De ce fait, l’abstention fut particulièrement forte au niveau national en 1852 avec 36,7 % mais elle fut encore plus importante en Nouvelle-Aquitaine où elle s’établit à 38,6 %. Du fait de la candidature officielle, la majorité des députés élus en 1852 le fut avec plus de 90 % des voix (99,1 % pour Planté dans les Basses-Pyrénées) mais il y eut quelques résultats plus serrés puisque dans le département de la Creuse Édouard François Désiré Delamarre n’obtint dans la 1e circonscription que 50,3 % des voix face à l’ancien député, André Leyraud.

Liste des députés élus en 1852

Basses-Pyrénées

1e : Patrick O’Quin (1822-1878), député de 1852 à 1865, élu avec 98,2 % des voix en 1852.

2e : Raymond Jean Canut Planté (1797-1855), député de 1852 à 1855, élu avec 99,1 % des voix en 1852.

3e : Jean-Baptiste Etcheverry (1805-1874), député de 1852 à 1869, élu avec 89,2 % des voix en 1852.

Charente

1e : Nicolas Prosper Gellibert des Seguins (1788-1861), député de 1852 à 1859, élu avec 88,4 % des voix en 1852.

2e : Jean-Baptiste Nicolas Lemercier (1789-1854), député de 1842 à 1846 et de 1849 à 1854, élu avec 97,3 % des voix en 1852.

3e : Jean François Gustave André (1805-1878), député de 1849 à 1870 et de 1871 à 1876, élu avec 84,6 % des voix en 1852.

Charente-inférieure

1e : Charles Louis Vast-Vimeux (1787-1889), député de 1849 à 1859, élu avec 96,3 % des voix en 1852.

2e : Prosper Justin Napoléon de Chasseloup-Laubat (1805-1873), député de 1837 à 1848, de 1849 à 1859 et de 1871 à 1873, élu avec 73,4 % des voix en 1852.

3e : Eugène René François Eschassériaux (1823-1906), député de 1849 à 1870 et de 1871 à 1893, élu avec 86,7 % des voix en 1852.

4e : Anatole Jean Louis Lemercier (1820-1897), député de 1852 à 1863 et de 1889 à 1897, élu avec 98,3 % des voix en 1852.

Dordogne

1e : Paul François Dupont (1796-1879), député de 1852 à 1870, élu avec 95,5 % des voix en 1852.

2e : Charles Adolphe Debelleyme (1818-1864), député de 1852 à 1864, élu avec 91,1 % des voix en 1852.

3e : Thomas Dusolier (1799-1877), député de 1839 à 1842, de 1846 à 1849 et de 1852 à 1863, élu avec 97,5 % des voix en 1852.

4e : Timoléon Louis Auguste Sydney Taillefer (1802-1868), député de 1846 à 1849 et de 1852 à 1868, élu avec 64,8 % des voix en 1852.

Corrèze

1e : François Favart (1797-1878), député en 1848-1849 et de 1852 à 1857, élu avec 76,4 % des voix en 1852.

2e : Léon Jacques de Jouvenel (1811-1886), député de 1846 à 1848, de 1852 à 1863 et de 1871 à 1876, élu avec 76,9 % des voix en 1852.

Creuse

1e : Edouard François Désiré Delamarre (1797-1881), député de 1852 à 1870, élu avec 50,3 % des voix en 1852.

2e : Charles Jean Sallandrouze de Lamornaix (1808-1867), député de 1846 à 1849 et de 1852 à 1867, élu avec 94,5 % des voix en 1852.

Deux-Sèvres

1e : Ferdinand Benjamin David (1796-1879), député de 1834 à 1837, de 1842 à 1846 et de 1849 à 1870, élu avec 95 % des voix en 1852.

2e : Camille Charles Etienne Louis Chauvin de Lénardière (1796-1859), député de 1852 à 1859, élu avec 58,3 % des voix en 1852.

Gironde

1e : Michel Montané (1799-1875), député de 1852 à 1857, élu avec 79,4 % des voix en 1852.

2e : Victor Travot (1810-1882), député de 1852 à 1869, élu avec 96,1 % des voix en 1852.

3e : Anne Constantin Théodore Thiéron (1783-1872), député de 1852 à 1863, élu avec 97,9 % des voix en 1852.

4e : Jean Henri Schyler (1805-1878), député de 1852 à 1857, élu avec 95,4 % des voix en 1852.

5e : Jean David (1778-1859), député de 1852 à 1857, élu avec 91,1 % des voix en 1852.

Haute-Vienne

1e : Martial Joseph dit Armand Noualhier (1803-1885), député de 1852 à 1870, élu avec 97,7 % des voix en 1852.

2e : Michel Félix Tixier (1796-1864), député de 1839 à 1842 et de 1848 à 1857, élu avec 97,7 % des voix en 1852.

Landes

1e : François Marrast (1799-1880), député de 1848 à 1863, élu avec 76 % des voix en 1852.

2e : Charles Eustache Corta (1805-1870), député de 1852 à 1865, élu avec 90 % des voix en 1852.

Lot-et-Garonne

1e : Raymond Henri Noubel (1822-1898), député de 1852 à 1870, élu avec 76,6 % des voix en 1852.

2e : Charles François Lafitte (1798-1880), député de 1852 à 1863, élu avec 76,3 % des voix en 1852.

3e : Gustave Louis Adolphe Lemercier de Maisoncelle-Vertille de Richemont (1805-1873), député de 1837 à 1848 et de 1852 à 1869, élu avec 83,9 % des voix en 1852.

Vienne

1e : Pierre Henri Dieudonné Bourlon (1801-1873), député de 1852 à 1869, élu avec 96 % des voix en 1852.

2e : Charles Dupont (1808-1854), député de 1852 à 1854, élu avec 91,7 % des voix en 1852.

 

Bibliographie 

Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, Droz, 1995.

Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1889, Paris, Bourloton, 1889-1891

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search