2 réflexions sur « L’emprise foncière des religieux dans l’espace urbain à la fin de l’Ancien Régime »

    1. Madame, Monsieur,
      Je ne comprends pas votre demande et votre message.
      Bien cordialement,
      Guillaume Hanotin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.