In Memoriam Pierre Guillaume

Pierre Guillaume, né en 1933, Professeur honoraire d’histoire contemporaine à l’Université Bordeaux Montaigne, s’est éteint le 25 octobre 2019. Il a été notre professeur pour certains encore d’entre nous, notre collègue et notre ami.
Bien au-delà de sa retraite il a participé à nos réunions, à nos travaux du CEMMC et à ceux de la MSHA qu’il avait dirigée. Il avait encore assisté le 15 mars de cette année à la totalité de la Journée d’étude « La société civile organisée contre l’Etat : le cas des mineurs, minorés, minorisés » organisée par le Programme MSHA SCOR et soutenu par le CEMMC.
Très tôt Pierre Guillaume a réuni tous les critères d’excellence du cursus universitaire : major de l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud en 1954, 12e à l’agrégation d’histoire en 1957, une thèse de 3e cycle sur La Compagnie des Mines de la Loire en 1963, une thèse d’Etat sur La population de Bordeaux au XIXème siècle en 1970. Arrivé à Bordeaux dès 1962 comme assistant pour devenir
professeur des Universités au début des années 1970 à l’IEP de Bordeaux puis à l’Université de Bordeaux 3 de 1993 à 2001 où il a accueilli avec beaucoup de bienveillance un certain nombre d’entre nous alors en début de carrière tant à Sciences Po qu’à l’Université Bordeaux 3.
Il a été ainsi à la fois un éveilleur, même s’il a toujours refusé d’être un maître à penser, et un éclaireur tant son œuvre a souvent été pionnière. Il a en effet su embrasser de multiples orientations historiographiques, le conduisant dans un éclectisme toujours revendiqué, de l’histoire des mines à celle du lait ou celle des classes moyennes ou encore celle des solidarités. Il a ainsi ouvert des chantiers de recherche et impulsé des programmes de recherche novateurs dont l’inventaire est impressionnant : Afrique noire et monde colonial, études canadiennes et québécoises, démographie historique, histoire de la médecine et de la mutualité, histoire rurale et histoire sociale dans son acception la plus large. Il n’en a jamais
pour autant oublié l’histoire locale et régionale, avec un regard non dénué de critique sur les Bordelais et les Aquitains. Sa dernière contribution restera celle apportée à la toute récente Histoire de Bordeaux sur les ères Chaban et Juppé écrit à quatre mains avec Sylvie.
A côté de ses activités de recherche et d’enseignement, il a exercé des responsabilités importantes à l’échelle nationale et régionale : il a été en particulier président de l’Association des historiens contemporanéistes de 1985 à 1989 et du Conseil d’administration de l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud de 1995 à 1997 ; Membre du Comité des travaux historiques et scientifiques, section d’histoire
contemporaine et du temps présent, vice-président jusqu’en 2003, puis membre émérite. Il a joué un rôle éminent d’animation et de direction scientifiques du Comité d’histoire de la Sécurité Sociale, aussi bien à l’échelle nationale que régionale.
Enfin il a donné des impulsions décisives à deux institutions dont il a su dépasser le cadre régional : la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, dont il fut membre fondateur et qu’il a dirigé de 1981 à 1987 et la Fédération Historique du Sud-Ouest qu’il a présidé de nombreuses années. Pour la première il a su construire une véritable politique scientifique, articulée autour de programmes
pluridisciplinaires, en particulier sur les solidarités et les classes moyennes. De même il a impulsé de véritables dynamiques des sociétés savantes en Aquitaine, en mobilisant toutes les générations d’érudits en Aquitaine et en tissant de fructueuses collaborations régionales et même interrégionales.
Rendre hommage à Pierre Guillaume c’est évoquer son œuvre immense, son anticonformisme tout autant que sa personnalité chaleureuse et son sourire malicieux. Mais c’est aussi évoquer le grand couple d’universitaires, qu’il a formé pendant 50 ans avec Sylvie, un couple d’historiens, d’intellectuels, de sportifs, un couple indissociable qui a trouvé la force, l’harmonie et le bonheur ensemble et auprès de leurs enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants.
Esprit brillant, infatigable chercheur, plume alerte et longtemps globe-trotteur, nous nous souviendrons de notre ami Pierre Guillaume, de son humour, de son humanité, de sa joie toujours de débattre et d’échanger et de son appétit de vie.

Christine et Christophe Bouneau


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.