Urbicides, Destructions et Renaissances urbaines (XVIe-XXIe siècles)

Image associée

Colloque international organisé par Philippe Chassaigne, Christophe Lastécouères et Caroline Le Mao

12-14 septembre 2018, MSHA salle Jean Borde

Retrouvez ici le programme et l’affiche

Forgé sur le modèle de « génocide », le concept d’urbicide désigne le « meurtre rituel des villes », cette destruction répondant dès lors moins à un objectif stratégique qu’identitaire, car la ville serait ici le symbole du vivre-ensemble. Cette notion a été réactivée lors de la flambée de violence provoquée par l’essor de Daech au Moyen-Orient et par la répression du régime de Bachar El-Assad en Syrie ; la destruction du patrimoine culturel et cultuel de villes comme Mossoul a ainsi été interprétée au prisme de l’urbicide. 
Villes détruites, assiégées, martyrisées, fantômes… L’histoire est jalonnée de ces drames urbains et humains, depuis le sac de Rome par les troupes de Charles Quint en 1527 jusqu’à la destruction de Mossoul en 2014-2017. Concept de géographie et de géopolitique, cette notion mérite donc d’être aujourd’hui soumise au prisme de l’histoire, dans une perspective diachronique (XVIe-XXIe siècles), et pour mieux la cerner, on se propose de l’inclure dans le phénomène, plus large, des destructions et des renaissances urbaines, afin de mieux mettre en lumière la spécificité de l’urbicide.
Durant ces trois jours de rencontre, historiens, historiens de l’art, sociologues, géographes, architectes interrogeront les formes de l’urbicide, la protection juridique des villes, la résilience des sociétés et les renaissances urbaines, la mise en récit et en images de l’urbicide, les questions d’identité nationale, d’enjeux de mémoire et de préservation du patrimoine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.