Villes & produits des terroirs

LA VILLE : ESPACE DE VALORISATION DES PRODUITS DES « TERROIRS »
Projet émergent

            Le lien entre villes et campagnes a été étudié sous divers aspects (migrations, relations de pouvoirs, investissements…), mais moins sous l’angle de l’information, de la connaissance, de la renommée des terroirs. La valorisation des terroirs en ville et par la ville peut être déclinée en plusieurs processus :

– Amélioration/modernisation de la production agricole. La diffusion et la vulgarisation des avancées scientifiques en matière d’agriculture se font essentiellement par l’intermédiaire d’hommes (intendants, notables, physiocrates et agronomes…) ou de structures (corps de villes et municipalités, sociétés, comices et syndicats agricoles) situés dans les villes petites, moyennes ou grandes. Comment ces acteurs et structures opèrent-ils la diffusion de l’information ? À quel moment, par quel moyen, grâce à quels supports (journaux, ouvrages scientifiques ou de vulgarisation…) ? Mais surtout, en quoi les villes constituent-elles un relais, une interface entre les milieux intellectuels, scientifiques et les campagnes, entre l’État et les campagnes, des pouvoirs centraux aux petites villes de province ?

– Incitation de la ville sur la production de l’arrière-pays dans la mesure où la demande et la consommation urbaine influencent la quantité et la nature de la production (ex : le blé dur de la moyenne Garonne plus apte à la traversée vers les Antilles, le développement d’un vignoble à Argenteuil, pour lequel il est évident que la demande parisienne est un facteur bien plus déterminant que le terroir). Depuis les encouragements de la monarchie pour la plantation de pins ou la production de chanvre jusqu’aux orientations des successives Politiques Agricoles Communes de l’Europe, des législations, des politiques d’action publique, de contrôle et d’encouragement ou de normalisation sont mises en place pour définir la qualité et le prix des produits. Des réseaux d’approvisionnement se développent afin de permettre aux produits des campagnes d’entrer dans des circuits économiques complexes : la collecte du lait pour la fabrication de fromages en ville, par exemple.

– Transformation, conditionnement et commercialisation : la foire, le marché, la boutique ou le comice agricole sont des lieux et des moments forts de la promotion des produits des « terroirs ». En quoi ces événements permettent-ils la diffusion d’informations et de connaissances liées au progrès agricole (exposition des machines agricoles, apparition de nouveaux produits comme la pomme de terre, conférences proposées par les professeurs d’agriculture…) ? En quoi sont-ils des lieux de désinformation à travers la fraude ? Dans quelle mesure servent-ils aussi à la lutte contre la fraude, au contrôle de l’information sur l’origine, la qualité ou la valeur des produits (ex : prix des vins fixés par les marchands hollandais de Bordeaux au XVIIIe siècle, rôle des courtiers…) ? Au cours de la période, on assiste à un élargissement de la fonction initiale de ces lieux et événements commerciaux et économiques vers une fonction de valorisation plus globale des produits du terroir.

– Qualité et renommée des produits : Comment, à partir des villes, se crée et se diffuse la réputation d’un produit, d’une fabrication ou d’un savoir-faire, d’un territoire ou d’un « terroir » en France, en Europe et dans les territoires d’outre-mer. Pourquoi la renommée d’un produit (vin, spécialité gastronomique, production artisanale) se construit-elle en ville ? Une production peut servir de support à la communication d’une ville (la tomate de Marmande, le haricot de Paimpol, le vin de Bordeaux, etc.) pour favoriser le développement de nouvelles formes de tourisme (eaux minérales et villes thermales, par exemple). Quels sont les acteurs (édiles, notables, associations professionnelles, chambres d’agriculture…) et les vecteurs de cette promotion (lois, cadeaux, presse, publicité….), y compris à l’échelle nationale et internationale ? Il conviendra de s’interroger, pour l’époque contemporaine sur le rôle des politiques qui instrumentalisent ou favorisent la célébrité des produits de leurs campagnes. Cette promotion se concrétise aussi par la mise en place de normes et de labels sur l’identification et la traçabilité des produits (AOC, IGP) dans de nombreux pays européens. Comment l’action publique (au niveau national et européen) en faveur de la valorisation des campagnes et des produits régionaux se met-elle en œuvre en s’appuyant sur les petites villes et sur des organismes comme l’INRA ?
Par le biais de la ville, cette étude historique de la valorisation du XVIe siècle à nos jours vise à ouvrir de nouvelles pistes pour étudier l’histoire des productions agricoles et de leur promotion, mais aussi des spécificités régionales, bien avant la notion aujourd’hui souvent galvaudée de terroir et de produits du terroir. Cette thématique vise à s’inscrire dans une perspective à la fois internationale et pluridisciplinaire (économie, histoire du droit, ethnologie) afin d’éclairer les acteurs et les mécanismes qui donnent à la ville un rôle essentiel dans la mise en valeur de son arrière-pays et de ses produits.

Corinne MARACHE et Philippe MEYZIE

 Événements liés au projet émergent organisés par les responsables

– Congrès de la Fédération Historique du Sud-Ouest, 12-13 septembre 2009 : « Les produits des terroirs aquitains »
– Colloque du CEMMC (axe Identités et territoires des villes portuaires) sur « Les approvisionnements des villes portuaires du XVIe siècle à nos jours », 2012
– Colloque de l’Association d’Histoire et Sociétés Rurales, 2012, Histoire et géographie du vin.
– Organisation de 2 séminaires dans le cadre du CEMMC durant le quadriennal 2010-201

Articulations avec d’autres centres et réseaux de recherche

– GDR « Les sociétés rurales européennes » (Annie Antoine, Gérard Béaur)
– Projet de GDRE Histoire des Campagnes Européennes (Annie Antoine, Gérard Béaur)
– ANR ECA (Emballages et Conditionnements Alimentaires 1850-2000)
– IEHCA (Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation)
– CERVIN
– CMVV (Centre Montesquieu de la vigne et du vin –Bordeaux IV)
– ISVV (Institut de la vigne et du vin)
– UMR/CNRS Eco-anthropologie et Ethnobiologie « Ressources des terroirs. Cultures, usages, sociétés » (Laurence Bérard)
– INRA
– Projet « La construction sociale des territoires européens : frontières, régionalisations et performances » du Réseau National des Maisons des Sciences de l’Homme
– Société d’histoire des petites villes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *