Pouvoirs : acteurs, espaces et représentations

Axe 1 :

Pouvoirs : acteurs, espaces et représentations

Responsables : Géraud Poumarède et Christine Bouneau.

Cet axe « Pouvoirs : acteurs, espaces et représentations» s’inscrit dans le prolongement du précédent quinquennal « Action publique » devenu en cours de quinquennal, à la suite du changement des responsables, « Pouvoirs : acteurs et institutions ; savoirs et pratiques ; discours et représentations ». Il s’agit désormais de poursuivre et d’approfondir les travaux entamés ou déjà largement avancés tout en resserrant la focale sur les acteurs, les espaces et les représentations.

Le terme « Pouvoirs » implique naturellement celui de « politique ». René Rémond d’ailleurs, dans son ouvrage plaidoyer, Pour une histoire politique, montrait que le politique se définissait « par référence au pouvoir ». Même s’il n’y a pas identification entre les deux termes et s’il y a d’autres formes de pouvoirs, le pouvoir politique, dans ses diverses déclinaisons (exécutif, législatif, judiciaire, gouvernemental, régalien, institutionnel, diplomatique, central/provincial ou jacobin/fédéraliste, etc.) et dans une dimension multiscalaire, du local à l’international, représente en quelque sorte l’essence même du pouvoir. [En effet le pouvoir politique concerne tous les hommes en tant que citoyens soumis aux décisions prises par ce pouvoir ; au sein de la nation, le pouvoir politique a autorité sur tous les autres pouvoirs ce qui a souvent suscité luttes et combats.] Cependant le pouvoir politique se décline sous plusieurs formes et ne constitue pas un isolat. S’il appartient principalement au champ politique, il est multiple. Les confrontations, les interactions et relations entretenues avec les individus, les groupes, les sociétés dans des espaces multiples font de ce concept un terme polysémique et pluriel, englobant le religieux, le culturel, le social et le diplomatique, d’où l’utilisation du pluriel.

En effet si le pouvoir suprême (« celui qui s’exerce dans une société globale, à l’intérieur d’un territoire défini par des frontières, disposant du pouvoir de coercition, définissant la règle avec la loi et sanctionnant les infractions ») est fondamental et sert de socle référentiel, il n’est pas le seul et ce sont bien les « pouvoirs » (tant dans les délégations du pouvoir suprême que dans les forces de pouvoirs concurrentiels et/ou parallèles), leurs interactions et leurs interrelations, que cet axe examinera au travers de ses acteurs, ses espaces et ses représentations.

Une attention sera particulièrement portée, notamment en termes d’acteurs, aux phénomènes genrés, dans une volonté d’insertion dans la politique d’établissement (Genres et normes).

La spécialité « Acteurs et cultures politiques » du Master s’adosse à cet axe de recherche du CEMMC.

Trois sous-axes ont été retenus:
Liturgies, cercles et territoires ;
Pouvoirs, générations et genres ;
Transferts, échanges et modèles internationaux.

Ceux-ci ont pour vocation de se compléter et de fonctionner en synergie de façon à créer une fertilisation croisée entre les divers chantiers de recherche et à faciliter la circulation des chercheurs entre les sous-thèmes.

  1. Liturgies, cercles et territoires.

Trois chantiers se dégagent correspondant à chacun des items.

Un chantier s’attachera à étudier les cercles de pouvoirs (et du pouvoir) qu’ils soient occultes ou non, dans l’ombre ou la lumière, proches ou éloignés du pouvoir. Ces cercles, équipes et entourages s’étendent des cabinets ministériels aux think tanks en passant par les groupes de presse, les clubs politiques, les éminences grises et les conseillers du roi ou de la République.

Si la thématique des entourages politiques, qui n’aborde qu’un aspect des cercles du pouvoir, a déjà été travaillée notamment par le Centre d’histoire de Sciences po Paris, un travail sur les cercles de pouvoir sur la longue durée (du XVIe siècle à nos jours) reste à faire.
Ce travail d’équipe (Christine Bouneau, Laurent Coste, Sylvie Guillaume, Bernard Lachaise, François-Charles Mougel, Carole Carribon, Dominique Pinsolle, Mathieu Trouvé, Thierry Truel, Isabelle Clavel, Timothée Duverger, Caroline Le Mao, Mathieu Servanton) s’appuiera sur les recherches personnelles des membres de l’équipe, la dynamique impulsée par le workshop sur « les corps intermédiaires » (Christine Bouneau), le séminaire sur « L’invention des ministères », les apports du programme émergent sur « Femmes en réseaux, réseaux de femmes » (en particulier la journée d’études sur « Femmes et réseaux politiques »), le séminaire de Bernard Lachaise sur « les entourages politiques dans la France du XXe siècle », en M2, dans le parcours ACP.

Ce chantier pourrait en outre donner suite au projet émergent (en particulier la place et le rôle des réseaux de femmes dans les cercles de pouvoir auquel pourrait être associée la dimension générationnelle mettant ainsi en place des passerelles avec le 2ème sous-thème).

Ce chantier a pour ambition de déboucher sur la publication d’un livre collectif qui serait préparé par plusieurs Journées d’études telles que « Les conseillers du pouvoir: du Père Joseph à Patrick Buisson » (Laurent Coste).

Un 2ème chantier s’attachera aux liturgies prises non pas dans une dimension uniquement religieuse mais plus largement. Les liturgies correspondent en effet à un culte public fait de rites et cérémonies qu’ils soient religieux (rites dans les territoires religieux (ex. l’abbaye aux Dames de Saintes avec Alan Tissot) ou politiques (liturgies républicaines et cérémonies de la monarchie).

Pratiques liturgiques du pouvoir temporel et religieux et émotions (joie en particulier avec Pauline Valade).

Colloque sur « Les convertis » (1ère partie en décembre 2014 à Lyon ; 2ème partie à Bordeaux en février-mars 2015) (Eric Suire, Jean-Pierre Moisset et Nicolas Champ). Un ouvrage collectif portera sur « Les politiques religieuses de la France : longue durée et mutations (XVIIIe-XXIe siècles) ».
Enjeux scientifiques : la laïcité naquit avec la Troisième République. Cette réalité historique a produit en son temps un regard tendancieux sur les politiques religieuses des régimes précédents. Or, le prisme simpliste qu’offre une formule telle que « l’alliance du trône et de l’autel » ne saurait rendre compte de la complexité des rapports entre les pouvoirs temporel et spirituel sous l’Ancien Régime, ou plus tard sous la Restauration. Au XVIIIe siècle, par exemple, l’État intervient dans des domaines qui étaient jusque-là réservés au clergé. Les refus de sacrements font l’objet de procédures judiciaires, les options théologiques sont validées ou condamnées par les parlements lors de l’interminable querelle janséniste, au grand dam de l’épiscopat. Les initiatives de l’État sont multiples : création de la Commission des Secours en 1727, de la Commission des Réguliers en 1766, édit de Tolérance de 1787 : une activité multiforme qui préfigure le Comité ecclésiastique de 1789 et les mesures religieuses de la Constituante. La dissolution de la Compagnie de Jésus en 1764 en fournit un autre exemple. Au temps des Lumières, les questions religieuses ne sont plus de la compétence de l’Église mais de l’État : cette évolution annonce la politique de la Révolution et la Constitution civile du clergé. Le XIXe siècle s’inscrit également dans cette logique interventionniste voulue par Napoléon. Seule la laïcité républicaine rebat les cartes en engageant l’État sur la voie de l’abstention dans le domaine religieux. Néanmoins, l’État continue à jouer un rôle régulateur. Par exemple, en vérifiant qu’une association qui se déclare cultuelle possède bien cette qualité. Ou en exerçant un droit de regard sur l’enseignement privé confessionnel sous contrat, depuis 1959. Ou encore, en établissant le Conseil français du culte musulman en 2003, au terme de longues consultations. Finalement, la laïcité ne s’inscrit-elle pas dans la longue durée d’une histoire politico-religieuse qui, enjambant la Révolution, se caractériserait d’abord par l’interventionnisme étatique ? Ou bien faut-il plutôt voir dans le choix laïque un nouveau paradigme intellectuel et juridique, foncièrement séparatiste, qui briserait une logique étatique multiséculaire.
Objectif du livre : envisager les politiques religieuses sur le temps long, non pas en fonction des déclarations d’intentions mais en fonction des pratiques officielles ou officieuses.
Méthodologie : une série de séminaires animés par des spécialistes du fait politique ou de l’histoire religieuse sur les trois siècles considérés. Un ouvrage final reprendra les conclusions dégagées ou pourra inclure certains textes sous formes de chapitres.

Un 3ème chantier portera plus directement sur les territoires dans le sens de construction d’un espace.

Plusieurs tables rondes ou journées d’études pourraient être envisagées sur la construction et l’administration territoriale :

  • « De la création des intendances au redécoupage régional » (projet Laurent Coste)
  • « Des mémoires des intendants à l’aménagement du territoire » (Laurent Coste)

(Ce dernier portant plus directement sur la circulation de l’information pour la constitution d’un savoir d’Etat).

– Plusieurs thèses en cours (sur le Conseil général de la Gironde, sur l’histoire de la construction d’une économie sociale et solidaire, sur l’implantation du socialisme en Aquitaine, etc.) pourraient aider à l’approfondissement de la réflexion sur la construction de territoires politiques ou sociaux dans leurs rapports aux « pouvoirs ».

– L’école constitue naturellement un territoire construit par rapport aux pouvoirs et devient un enjeu de pouvoir. Cette thématique ne saurait se développer sans une collaboration étroite avec le sous-axe suivant.

– De même la Journée des Jeunes chercheurs sur « Négocier le pouvoir » s’inscrit dans les espaces du pouvoir (centre/périphérie) mais aussi dans le sous-axe consacré aux générations et aux genres

2. Pouvoirs, générations et genres.

Ce sous-axe, correspondant plus directement aux acteurs et représentations, a sa propre dynamique fondée sur l’approche générationnelle et genrée du ou des pouvoirs mais repose également sur sa mise en perspective avec les autres sous-thèmes (cf supra).

Plusieurs chantiers pourront être mis en place :

  • Prolongement de l’axe émergent des « Femmes en réseaux » A l’issue du colloque « Femmes et réseaux dans les mondes modernes et contemporains. Réalités et représentations » organisé en octobre 2014 (Bernard Lachaise, Dominique Picco, Carole Carribon, Delphine Dussert-Galinat, Fanny Bugnon), la réflexion sur la place et les modalités d’action des femmes au sein de réseaux pourra être poursuivie dans le champ politique (voir supra) mais aussi religieux avec l’étude des communautés de femmes face au pouvoir ecclésiastique masculin et au discours religieux (Alan Tissot) ou plus largement culturel et scientifique. Femmes « pionnières » Luttes pour l’égalité, question de la parité, limites imposées par la société (« plafond de verre ») mais aussi intériorisées par les femmes, etc. sont autant de thèmes incluant une nécessaire dimension générationnelle. Enfin, la notion d’ « espaces » pourra être déclinée tant d’un point de vue géographique que par l’étude des interactions entre espace privé et espace public.

Projet de journée d’étude : « Générations de femmes : pouvoirs, combats, héritages (XVIe-XXIe siècle » (au carrefour des thèmes Réseaux de femmes et Militance/militantisme).

  • Militance/militantisme et négociation au travers des générations et des genres.

Ce chantier s’attachera à interroger les interactions pouvoirs/contre-pouvoirs au regard des concepts de militance et de négociation au prisme générationnel et genré. Il pourra s’appuyer et s’inscrire dans le prolongement du programme de recherche MSHA (2011-2015), co-dirigé par Christine Bouneau, sur « La construction des jeunes générations en Europe (XIXe-XXIe siècles) : formes d’organisation et mobilités » et sur les travaux de Philippe Chassaigne (militance des années 1970).

A explorer à l’aide de tables rondes et journées d’études dont celle déjà signalées des Jeunes chercheurs, « Négocier le pouvoir du XVIe au XXIe siècle » (Pauline Valade et Mathieu Servanton ; Isabelle Clavel ; Timothée Duverger).

  • Education, identités, normes.

Réflexion sur les politiques de l’école dans la construction générationnelle au prisme de l’apprentissage (au travers des fonds anciens sur l’éducation) et de celui de la « gestion des identités ». Ce dernier point peut entrer en résonnance d’ailleurs avec la réflexion ouverte sur la laïcité.

3. Transferts, échanges et modèles internationaux.

Plusieurs chantiers se dégagent et fonctionneront dans une fertilisation croisée avec les autres sous-axes:

* Insularité et péninsularité. Pouvoirs, cultures et identité XVIIIe-XXIe siècle.

(Matthieu Trouvé) Cette thématique s’inscrit aussi dans le 1er sous-axe.

Pistes de réflexion développées autour de la notion de pouvoir dans le cadre spatial des îles et des péninsules : acteurs du pouvoir (premiers rôles, entourages) ; centre/périphérie (identités insulaires et péninsulaires) ; transferts, modèles de pouvoir; cultures de pouvoir dans les îles et péninsules.

Travail d’équipe avec des spécialistes des îles britanniques, de la péninsule ibérique, de l’Italie et du Japon de 3 E; partenariats à envisager avec le LAM (Claire Laux et îles Pacifique), les chercheurs spécialistes de l’Outre-mer.

Journée(s) d’études et livre.

Les prétendants au trône (fin XVe-XXIe siècle)

Dans le sillage du projet Alfres (Alliances de France et d’Espagne, 2013-2016) financé par le Conseil régional d’Aquitaine, dont les résultats mettront notamment en lumière, sur la longue durée, la politique dynastique des Bourbons qui conduit Louis XIV à revendiquer le trône de Madrid et plonge l’Europe dans la guerre de Succession d’Espagne, le CEMMC s’engagera dans une recherche déployée à l’échelle européenne, à travers une perspective comparatiste, sur les prétendants au trône de la fin du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Cette thématique riche permettra de dévoiler les mécanismes d’accession au pouvoir dans le monde des princes, d’interroger la notion de légitimité monarchique dans ses diverses déclinaisons, mais aussi les pratiques et les processus de légitimation. Une attention toute particulière sera ainsi portée aux discours et aux arts, à leur rôle dans l’affirmation des prétentions royales, éclairant la diffusion et la réception de ces dernières dans les sociétés, les mécanismes d’adhésion ou de rejet qu’elles peuvent y susciter.

L’étude des prétendants fonctionne en effet comme un révélateur des crises politiques de l’Ancien Régime, dans un contexte marqué par une vacance du trône, des incertitudes successorales ou dynastiques, qui affaiblissent le principe de légitimité, floutent ses contours, ouvrant la voie à une compétition pour le pouvoir, qui peut aussi déboucher sur des conflits armés aux enjeux à la fois nationaux et internationaux. La thématique de l’usurpation et des usurpateurs se déploiera en contrepoint de ces préoccupations et une place particulière sera faite aux imposteurs comme Lambert Simnel dans l’Angleterre d’Henri VII, Pougatchev dans la Russie du XVIIIe siècle ou Naundorff dans la France du XIXe siècle, dont les prétentions ont parfois rencontré des aspirations sociales et politiques, auxquelles elles ont pu fournir une expression momentanée.

Cette enquête soulignera aussi les dynamiques de la géopolitique européenne à l’âge moderne, la plasticité des hiérarchies princières, des appartenances territoriales, des logiques dynastiques, comme en témoignent aussi bien les prétentions des ducs de Savoie sur le royaume de Chypre, l’obtention d’un titre royal par l’électeur de Brandebourg ou l’installation des Bourbons sur le trône de Naples. Elle ne se limitera pas aux seules monarchies successorales, mais englobera aussi les monarchies électives, en montrant comment une élection incertaine ou manquée peut déboucher sur des querelles et parfois des guerres entre les prétendants.

Beaucoup échouent dans cette âpre compétition pour le pouvoir et leur survie loin du trône sera évoquée. Exilés dans un pays tiers, ils y tissent alors des liens nouveaux, tout en s’efforçant parfois de reconstituer autour d’eux une cour « fantôme » ou d’entretenir dans leur patrie d’origine des réseaux de partisans et de fidèles. Qu’elle se nimbe de nostalgie ou porte au contraire l’espoir d’un retour, leur action, leur existence même se heurtent souvent au manque d’argent ; elles peuvent aussi prendre de nouvelles formes, marquées par des préoccupations religieuses ou des intérêts culturels et artistiques.

Enfin, cette recherche se prolongera, à l’époque la plus contemporaine, par une réflexion sur la place et le rôle des prétendants dans l’Europe des Républiques, entre présence et effacement, action politique et folklore monarchique. Les cas plus connus du comte de Chambord ou du comte de Paris dans la France des XIXe et XXe siècles, ou encore des Habsbourg sur la scène européenne, seront ainsi revisités dans une perspective plus globale intégrant par exemple les divers prétendants qui se sont plus ou moins sérieusement signalés dans les pays issus du bloc soviétique.

Déclinant successivement ces différents aspects de l’enquête, une série de rencontres, prévues sous la forme de séminaires de travail ou de journées d’études, débouchera sur la rédaction d’un livre collectif.

Esperienza e formazione dell’ambasciatore europeo/Expérience et formation de l’ambassadeur européen (XIVe-XIXe siècles)

Le CEMMC sera aussi partie prenante dans le projet international Esperienza e formazione dell’ambasciatore europeo/Expérience et formation de l’ambassadeur européen (XIVe-XIXe siècles) en collaboration avec l’Université Roma III, l’Ecole française de Rome et le Centre Roland Mousnier de l’Université Paris-Sorbonne. Cette recherche commune, qui se déploiera sous la forme d’une série de séminaires de travail et de journées d’études organisés à Rome, Paris et Bordeaux, doit déboucher sur un livre collectif centré sur la culture des diplomates et les pratiques de négociation à l’époque moderne.

Plusieurs axes de réflexion seront privilégiés dans cette approche de la diplomatie conçue comme expérience : l’organisation et la préparation de la mission, dans ses aspects politiques et culturels, aussi bien que logistiques et matériels ; le séjour en terre étrangère, qui sera plus précisément examiné sous l’angle des processus d’acculturation et des mécanismes de transfert à l’œuvre dans l’action diplomatique ; enfin, la mise en écrit de cette expérience, à travers le commerce régulier des dépêches échangées avec la cour ou les tentatives de réécriture de celle-ci dans les relations d’ambassade ou les mémoires de diplomates.

Les rencontres organisées à Bordeaux porteront plus particulièrement sur les liens entre les ambassadeurs et les milieux négociants autour de la thématique suivante : « Culture et pratiques de la négociation entre milieux négociants et cercles de pouvoir ». Il s’agira d’aborder les interactions entre les acteurs diplomatiques et les milieux négociants dans l’élaboration de stratégies économiques et commerciales internationales ou la définition d’une culture commune de la négociation.

Membres de cet axe :

Professeurs, MCF habilité, MCF, et ATER :

Christine Bouneau, Philippe Chassaigne, Laurent Coste, Marie-Bernadette Dufourcet, Sylvie Guillaume, Bernard Lachaise, François-Charles Mougel, Géraud Poumarède, Marguerite Figeac, Eric Suire, Clémence Cardon-Quint, Carole Carribon, Nicolas Champ, Guillaume Hanotin, Caroline Le Mao, Jean-Pierre Moisset, Dominique Picco, Dominique Pinsolle, Matthieu Trouvé.

Isabelle Clavel, Timothée Duverger, Matthieu Servanton, Pauline Valade.

Chercheurs associés et post-doctorants : Delphine Dussert, Alan Tissot, Thierry Truel, Valérie Verclytte.

Doctorants : Nadia Ayache, Aurore Bertin, Elsa Clavel, Marie Gloris, Olivier Herbinet, Christopher Pichonnier, Ludovic Taris.