Modèles urbains, modèles d’urbanité

Axe 2 :

Modèles urbains, modèles d’urbanité

Responsables : Caroline Le Mao, Philippe Chassaigne

Les études urbaines ont connu des années 1970 aux années 1990 une réelle vogue à Bordeaux III (Centre des Espaces Urbains, Unité de recherche en partenariat – sous formes diverses – avec le CNRS, avant d’être scindée en deux équipes, CESURB-Histoire et CESURB-géographie), avant d’être quelque peu délaissées après la disparition des deux Unités en 1998-2000. Cette thématique fut reprise dans le contrat du CEMMC en 2010-2015, avec l’axe « Villes et sociétés portuaires », dirigé successivement par Bruno Marnot et Michel Figeac, puis (après 2012) Caroline Le Mao et Philippe Chassaigne. Elle était aussi amplement abordée à travers l’axe « Elites » du CEMMC.

Or, ces deux thématiques ont déjà fait l’objet de deux contrats quadriennaux, d’où l’idée de renouveler nos perspectives en concentrant désormais le regard sur l’espace urbain. Il y a là la possibilité de s’appuyer sur l’acquis des précédents programmes, et de réinvestir les résultats obtenus tout en variant la focale.

Pour le quinquennal 2016-2020, on proposera ici un élargissement de la perspective au-delà des seules villes portuaires, en envisageant le phénomène urbain dans son ensemble et dans sa diversité. La thématique « modèles urbains, modèles d’urbanité » se propose d’étudier le fait urbain dans un cadre global et un contexte épistémologique d’études urbaines renouvelées. L’ouverture du CEMMC à un nombre significatif de membres ressortissant à des champs disciplinaires voisins mais néanmoins distincts (LLCE, géographie), permettra d’adopter une ouverture géographique plus large sans encourir le risque d’une dispersion préjudiciable par une solide armature thématique d’ensemble.

Une des caractéristiques des mondes modernes et contemporains a sans conteste été l’urbanisation des sociétés qui les composent, tout particulièrement dans l’aire occidentale (prise au sens large : Europe, Nord-Amérique, Océanie). Ce phénomène, qui n’a pas été sans perturber les contemporains, peut être décliné dans trois directions principales.

  1. Modèles urbains :

On étudiera ici prioritairement les typologies et les fonctions urbaines :

  • Pour les villes portuaires, la thématique engagée en 2010 sera à poursuivre. Le colloque sur l’approvisionnement des villes portuaires (C. Le Mao, Ph. Meyzie, mars 2014) a par exemple bien mis en lumière le cas particulier des villes arsenaux (C. Le Mao), qui mérite d’être plus particulière étudié grâce aux contacts internationaux noués à cette occasion.
  • Les petites villes: alors que les études de cas ont souvent fait la part belle aux capitales, aux grandes métropoles, sans doute plus complexes, on sait finalement peu de choses sur les petites villes, thème délaissé. Or, les travaux fondateurs menés par Bernard Lepetit et Peter Clark dans les années 1980-90, sur les petites villes françaises et anglaises à l’époque moderne et dans le premier XIXe siècle, ainsi que les colloques organisés par la « société française d’histoire des petites villes », présidée par Christine Lamarre, ont montré tout l’intérêt d’étudier ces espaces. Leur rôle est en effet essentiel dans le maillage du territoire à partir du XIIe siècle, en relation avec leurs fonctions plus que par leur population. Véritables zones intermédiaires, les petites villes véhiculent l’image de l’urbanité sur l’ensemble du territoire. Leur poids économique, politique et socio-culturel est essentiel. Elles constituent, de fait, une composante clé du système urbain, alors que, paradoxalement on les oublie trop souvent au profit des capitales régionales et nationales. Après un déclin aux XVIIIe et XIXe siècles, lié à la déprise rurale, une nouvelle strate apparaît aux XIXe et XXe siècles, avec les créations industrielles, touristiques et l’étalement urbain transformant nombre d’entre elles en banlieues.
  • Naissance et mort d’une ville. Mieux comprendre le phénomène urbain implique d’en envisager le début et la fin. On portera donc un intérêt particulier aux villes nouvelles et villes ex nihilo, notamment dans le monde anglophone (Canada, Australie, Nouvelle-Zélande) en se focalisant sur les principes urbanistiques directeurs, les réalisations. Ainsi, l’étude des villes canadiennes révèlent une articulation entre éléments hérités de la métropole et spécificités locales ; y cohabitent un mélange parfois conflictuel, souvent consensuel, entre « britannité », « francité » et « américanité » dans la culture politique de villes à majorité francophone comme Montréal ou à large majorité anglophone comme Toronto (S. Guillaume). Leur identité s’enracine dans ces modèles hérités de la Métropole ou du grand voisin américain. A l’opposé du cycle, se profile le phénomène du déclin urbain, qui se solde parfois par la disparition urbaine, comme dans le cas des villes industrielles, délaissées lorsque l’activité dépérit. Que reste-t-il alors ?

2. Modèles d’urbanité :

Il convient ici de prendre en compte à la nature polysémique de la notion d’« Urbanité ».

Un premier sens (« faire de l’urbain »), renvoie aux mode(s) de vie et aux mode(s) d’habiter. Un second, se rapportant à « policé », « civilisé », renvoie à la thématique de la ville comme lieu de la civilisation des mœurs, avec tout ce que cela peut comporter de limites. Ces deux sens seront explorés à travers les thématiques suivantes.

  • « Agencer » la ville. Quels sont les éléments qui déterminent « l’agencement » d’une ville ? Qu’est-ce qui détermine, pour un habitant, le choix d’un quartier, d’une rue ? Comment ces facteurs de localisation évoluent-ils dans le temps ? On s’intéressera ici à plusieurs de ces facteurs.
  • Une étude de la mobilité résidentielle, des phénomènes de quartier, de gentrification, sera menée à partir d’approches comparées entre plusieurs villes européennes, telles que Bordeaux, Hambourg, Fribourg, Presbourg-Bratislava. (Anne-Marie Meyer, Teddy Auly). On pourrait aussi interroger le concept sociologique de densité sociale.
  • De même, la mise en place du réseau scolaire est à l’origine d’une transformation de l’espace urbain, phénomène que l’on étudiera d’abord à l’échelle de Bordeaux, et que l’on mettra en perspective en procédant à des comparaisons avec d’autres villes comme Nantes, Rennes, Marseille, Lyon, soit à travers le montage d’un projet, soit par la réalisation d’un numéro de revue (Marguerite Figeac). Les modèles urbains qui guident l’aménagement de nouveaux quartiers ou le réaménagement de quartiers anciens s’inspirent d’une grille de lecture de la société, et de ses composantes sociales et fonctionnelles ; de même, la recomposition des formations post-élémentaires au XXe siècle s’appuie, elle aussi, sur une certaine lecture du monde économique et social, qui guide à la fois la structuration du système scolaire et la recomposition de la carte scolaire. L’enjeu serait d’analyser les interactions entre ces dynamiques, à la fois du côté de l’élaboration des utopies urbaines et scolaires (une nébuleuse réformatrice ? des références communes?) et de la mise en œuvre des politiques scolaires et urbaines (à l’échelon local et national) (C. Cardon Quint).
  • Dans cette structuration de l’espace urbain, on ne saurait oublier le rôle des institutions religieuses, qui, au moins à l’époque moderne, occupent une surface non négligeable, qu’il s’agisse des églises ou des institutions conventuelles, dont il conviendra d’étudier les logiques de localisation. A l’époque contemporaine, la déprise religieuse redéfinit le paradigme ; la question de l’équipement religieux se pose en termes de recomposition et de réemploi. (François Cadilhon, Eric Suire, Jean-Pierre Moisset, Nicolas Champ, Allan Tissot). Ces différentes thématiques pourront faire l’objet d’un colloque international.
  • Enfin, la structuration de l’espace urbain doit beaucoup aux activités économiques. Ainsi, les hôtelleries, les auberges et autres métiers et lieux urbains en rapport avec l’accueil et la mobilité orientent-ils une partie des flux qui aboutissent à la ville ou la traverse (P. Meyzie).
  • Villes et communautés, villes et identités. La notion de communauté constitue un modèle d’urbanité propre aux villes du monde anglophone, ce qui peut donner lieu à des comparaisons fructueuses avec les villes du continent européen. De même, on envisagera la façon dont les politiques scolaires – étudiées non seulement au moment de leur conception, mais aussi dans leur déclinaison et réappropriation à l’échelon académique, et à l’échelle de l’établissement – ont appréhendé le phénomène identitaire et ont contribué à lui donner forme (avec une approche large de la notion d’identités: sociales, religieuses, de genre etc.) (C. Cardon Quint). L’approche communautaire implique aussi un volet, et l’on pourra s’intéresser aux villes comme laboratoires du dialogue interconfessionnel (D. Dussert Galinat).
  • Les élites et la ville, la ville des élites. Il s’agira ici de reprendre certains thèmes qui n’ont été qu’effleuré lors du quinquennal précédent sur les élites.
    • Habiter la ville : un territoire façonné par les élites ? On se propose de réaliser une enquête sur le bâti urbain, à partir des sources du 100e denier, la ville de Bordeaux constituant alors un terrain d’expérimentation. Un dépouillement systématique ou par sondages des mutations foncières permet de percevoir le bal des acquéreurs et des vendeurs, dégageant ainsi la place des élites dans les grands mouvements fonciers. L’observation pourra être menée dans des quartiers de nature différente (quartiers populaires, marchands, plus marqués par la présence nobiliaire), de manière à comprendre si la place des élites diffère et, surtout, quelles élites sont alors à l’œuvre. Par ailleurs, les descriptions brèves données par le centième denier offrent une estimation des biens échangés, ce qui permet de mener une étude qualitative et quantitative des mutations foncières urbaines.
    • Une culture matérielle urbaine. Les recherches sur la culture matérielle sont une branche de recherche développée par plusieurs chercheurs du CEMMC, qu’il s’agisse d’une thématique dominante (M. Figeac, P. Meyzie) ou de développements au sein de travaux portant sur d’autres domaines (S. Lachaud, C. Le Mao), et cette thématique a donné lieu à publication (L’ancienne France au quotidien, Dictionnaire de culture matérielle, aux éditions A. Colin, réédité en 2014) sans pour autant faire l’objet d’un axe de recherche au CEMMC. Il s’agira de s’appuyer sur ces acquis pour ouvrir des chantiers communs.
  • Policer la ville. L’encadrement et ses limites. La ville est un laboratoire de la civilisation des mœurs, où s’élaborent les nouveaux codes de comportement, qui se diffuse le plus souvent par percolation sociale, mais peuvent aussi être imposés par l’autorité, ce qui induit bien évidemment des formes de résistances. Par exemple, dans le cadre des réjouissances monarchiques, policer la ville revient à en faire l’écrin d’un évènement politique, donc d’en contrôler l’espace. En amont, il s’agit de modifier l’apparence de la ville (ordre, propreté, construction occasionnelle…) ; pendant les festivités, les autorités concentrent leur surveillance policière et militaire dans des carrefours stratégiques. Policer la ville, c’est aussi faire en sorte que ses habitants soient constamment détournés de leur misère par des divertissements (faut-il relire Du pain et des jeux de Paul Veyne ?) De fait, l’espace urbain se prête à une approche multiscalaire des modalités d’action de l’appareil policier et l’on pourra s’intéresser à l’intérêt de travailler à plusieurs échelles, par exemple la rue, le quai, le faubourg…

3. Modèles urbains, modèles d’urbanité : les nouveaux défis au regard de l’histoire

  • Cultures et sociabilités urbaines : les nouvelles règles du vivre ensemble. La question des spectacles urbains, et notamment des spectacles de rue, retiendra notre attention, car ils contribuent à la création d’une communauté urbaine. On pensera, par exemple, pour l’époque moderne à l’attention de tout un quartier pour un animal, les nouveautés magiques ou plus scientifiques qui attirent tout public confondu. Cette étude s’inscrira bien sûr dans le temps long, pour cerner les évolutions. Ainsi, qu’est-ce que chanter dans une rue ? est-ce apprécié? toléré ? Quelle est la géographie de ces spectacles urbains et comment se recomposent-elles ?
  • Villes et environnement(s) : approche historique et prospective.
    • La question environnementale. Si la question de l’environnement est aujourd’hui au cœur des politiques urbaines, il faut prendre la mesure du fait que la question environnementale est une préoccupation ancienne, comme en témoigne par exemple, à l’époque moderne, l’essor de la pensée hygiéniste, la translation des cimetières hors des territoires urbains, la recherche d’un approvisionnement en eau de meilleure qualité. Les espaces verts, les promenades, sont, dès l’époque moderne, des espaces de rencontres sociales, avec les observations et jugements réciproques, voire les tentatives d’approches ; ce sont tout autant des espaces favorables à la marginalité de tous les groupes sociaux (parcs, jardins, bois, dans ou aux limites de la ville). Il en va de même pour la nécessité de maintenir en ville des espaces verts. Aujourd’hui, les formes du végétal en ville se diversifient, participant d’un « enverdissement » des cités, suscitant de nouvelles théories urbanistiques, posant des défis logistiques, économiques mais aussi sanitaires (lutte contre la pollution, mais aussi prise en compte des problèmes d’allergies). On s’intéressera enfin à la pluralité des usages de ces espaces verts, expression de la puissance publique (arbres de la liberté, parcs du second empire), stratégie de distinction sociale, décor pour un théâtre social, mais aussi lieu de travail (police, prostitué(e)s, jardiniers, etc.), lieu d’expérimentation scientifique, etc.
    • Villes et campagnes. La thématique des rapports entre villes et campagnes est un thème récurrent des recherches historiques et géographiques. Le CEMMC a ainsi étudié, dans le cadre de ses précédents programmes de recherche, l’emprise urbaine des élites sur les périphéries, avec des angles d’approches très féconds. Mais il faut se garder d’une vision simpliste et réduite à l’idée d’une domination pure et simple de la ville sur la campagne. On devrait davantage parler de complémentarité ville-campagne. En effet, la ville représente un débouché essentiel des produits ruraux, tant pour la consommation urbaine en elle-même, que pour l’exportation des denrées. On a souvent analysé cela comme une tutelle urbaine sur la production agricole. Mais c’est également grâce aux productions des terroirs avoisinants que certains développements industriels et commerciaux se sont installés. Par ailleurs, cette relation peut donner lieu à de multiples typologies des rapports villes et campagnes dans lesquels on observerait que la relation aux campagnes est plus ou moins dominatrice en fonction de la taille de la ville et de ses principales fonctions (cf Petites villes de marché). On s’intéressera aussi aux persistances de la campagne en ville, aux formes de nostalgie de la campagne, aux influences du rural sur l’urbain, aux liens et aux interpénétrations de ces deux mondes, notamment perceptibles dans les petites villes.
  • Imaginer la ville, penser la ville. Il s’agit de reprendre ici une thématique initiée dans l’axe sur les villes portuaires, qui n’a jamais été pleinement explorée. La ville renvoie à de multiples représentations, en premier lieu celle de ses habitants. La ville est lieu de mémoire, et espace de commémoration, comme le prouvent les plaques, les statues, ou même le nom des rues. Comment se construit cette mémoire urbaine, hautement identitaire ? Ces phénomènes sont aussi propices à l’élaboration de discours sur la ville, notamment, par exemple, de la part de l’église catholique, qui développe, tant à l’époque moderne qu’à l’époque contemporaine, un discours sur la ville, mais aussi sur la banlieue, qu’il ne faut pas perdre voire (re)conquérir. La ville suscite aussi les peurs, comme en témoignent les légendes urbaines, qui courent depuis l’époque moderne (rumeurs des enlèvements d’enfants dans le Paris du XVIIIe siècle) jusqu’à l’époque contemporaine (rumeur d’Orléans en 1969[1], rumeur d’Abbeville en 2001…)

Activités possibles

  • Propositions de séminaires : nota : les séminaires seront à coordonner et organiser sous forme de cycles, et devront être pensés en vue d’un ouvrage de synthèse terminal, rassemblant l’ensemble des communications, et présentant un plan structuré ; voici quelques suggestions initiales
    • Cycle de séminaires ou journée d’étude sur la ville, sources et méthodes, approche pluridisciplinaire, réunissant sociologue, géographe, historien (Youri Carbonnier) : approches et sources différentes. A valoriser sous la forme d’un numéro spécial dans histoire urbaine
    • Séminaire(s) sur la nature et la ville ; l’animal turn et l’urbanité (CF Mathis)
    • Séminaire organisé par JP Moisset : collègue lyonnais sur catholicisme et urbanisation pour un séminaire sur l’expertise urbaine, les recherches urbaines et la place de l’église catholique dans cette réflexion ; crise urbaine. Voir un intervenant sur l’église anglicane (à demander à Moya Jones ou JP Revauger)
    • Séminaire organisé par E Suire : les couvents et l’aménagement de la ville à l’époque moderne
  • Propositions de colloques :
    • Colloque sur la géographie sexuelle des villes, XVIe-XXIe (naissance, développement, intégration – ou non – des « quartiers chauds » urbains) –
    • Colloque sur les villes arsenaux dans le monde, du XVIe siècle à nos jours
    • Colloque sur l’emprise foncière urbain du religieux
    • Colloque sur les Légendes et rumeurs urbaines
    • Colloque franco-italien sur Patrimoine alimentaire des campagnes et marchés urbains, du local à l’international en 2017, en partenariat avec les universités de Parme et de Tours. (Ce pourrait être un colloque transversal avec l’axe ERE). (C. Marache et Philippe Meyzie)
  • Projets de publications (Nota : les séminaires, rassemblés sous forme de cycles, et les colloques, sont bien sûr destinés à publication)
    • Numéro de revue sur « écoles et dynamiques urbaines »
  • Dépôts de projets auprès d’instances de recherche
    • projet PEPS sur la question des identités (“Jeunes et éducateurs dans la démocratie des identités (XIXe-XXIe siècles)” porté par Clémence Cardon Quint et Charles Mercier (historien, associé au CEMMC, rattaché au LACES)
    • Participation à un projet ANR sur élites dirigeantes des villes portuaires de l’Atlantique au XVIIIe siècle: Bilbao, Bayonne, Nantes, Bordeaux, Rouen, Saint-Malo, Dunkerque, Portsmouth, Plymouth et New York, Boston, Baltimore, Charleston.
  • Projet fédératif : Atlas thématique géohistorique de Bordeaux : illustré par des cartes, graphiques, représentations iconographique. Avec idée d’un point de départ d’une série.

Projets de partenariats :

  • Partenariat avec le GIS d’histoire maritime, en lien avec la thématique sur les villes portuaires et les villes arsenaux.
  • Avec les universités de Tours et Parme (projet de colloque commun)

Liste des participants :

Teddy Auly, François Cadilhon, Clémence Cardon Quint, Nicolas Champ, Laurent Coste, Lauriane Cros, Pierre Guillaume, Sylvie Guillaume, Marguerite Figeac, Michel Figeac, Moya Jones, Stéphanie Lachaud, Corinne Marache, Charles François Mathis, Anne-Marie Meyer, Philippe Meyzie, Jean-Pierre Moisset, Mathieu Servanton, Eric Suire, Allan Tissot, Pauline Valade