France & Europe centrale

LA FORME ET L’ENJEU DE L’ÉCHANGE ENTRE LA FRANCE ET L’EUROPE CENTRALE
1619-1989 – Projet transversal

Les relations entre l’Université de Bordeaux 3 et les universités de l’Europe centrale se sont considérablement développées depuis douze ans. À la suite de quelques déplacements individuels, les études, les travaux ont pris une ampleur importante, en particulier avec les Universités ELTE de Budapest et Copernic de Toruń. Ce phénomène allait de pair avec un enseignement spécifique sur l’histoire de l’Europe centrale en Histoire moderne et contemporaine en Licence et en Master ; un enseignement novateur pour des perspectives bordelaises jusque-là délibérément atlantiques. La République tchèque, la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie sont aujourd’hui des pays membres de l’Union européenne et l’université de Bordeaux dispose, avec plusieurs universités de ces quatre pays d’accords Erasmus féconds ; les derniers ont été signés en 2008 et en 2009 avec les Universités Charles de Prague, de Ceske Budejovice et de Pardubice. Depuis une douzaine d’années, des Programmes Hubert Curien (ex-P.A.I.) « Balaton » et « Polonium » ont été organisés entre des historiens de Bordeaux 3 (François Cadilhon et Bernard Lachaise pour la Hongrie, Michel Figeac pour la Pologne) et des universitaires de Budapest (ELTE) et de Toruń (Université Nicolas Copernic). Un projet Hubert Curien « Stefanik » est présenté pour 2010 entre Bordeaux et Bratislava. Des enseignants chercheurs de l’Europe centrale sont régulièrement invités à l’Institut d’Histoire comme János Kalmár, Ilona Kovács, Jaroslaw Dumanowski ou Milena Lenderová. Plus de vingt mémoires de master ont été réalisés, ou sont en cours de réalisation, 4 doctorats en cotutelle (deux étudiants polonais, un allocataire bordelais travaillant sur la Hongrie et une étudiante slovaque). À la thèse de Mathieu Aubert sur Les Esterhazy, les Habsbourg et les Bourbons (1770-1830), patronnée par l’Académie hongroise des Sciences s’ajoute ainsi celle de Camille Dussol sur Le vin et sa représentation dans les musées de Bordeaux, de Budapest et de Florence, travaux finalement comparables et presque parallèles aux études engagées par Dorota Lewandowska sur Le vin français en Pologne (XVIIIe siècle- début du XIXe siècle) et par Katarzyna Urlewicz sur L’influence française en  Pologne : les Baluze et la cour française en Pologne sous Jean-Casimir et Marie de Gonzague puis sous Jean Sobieski. Le champ chronologique est étendu comme le montre la thèse en cours de Gabriela Ziakova qui porte sur Les élites tchécoslovaques du milieu des années 1980 à l’entrée dans l’Union européenne 2004. Les deux colloques organisés par Michel Figeac sur L’Europe centrale, à Toruń et à Bordeaux ont enfin offert une concrétisation scientifique reconnue à cette ouverture bordelaise délibérée, qui paraît aujourd’hui beaucoup moins audacieuse qu’à l’origine. S’y ajoute le colloque co-dirigé par Istvan Majoros et Bernard Lachaise, à Budapest, en novembre 2008, sur « Les Hongrois en France et les Français en Hongrie de l’époque moderne à nos jours ».

S’il semblait judicieux pour maintenir, voire pour institutionnaliser, cette relation protéiforme, de proposer un schéma et un programme transversal aux trois axes du CEMMC, encore  fallait-il pouvoir offrir un thème structurant original. La première difficulté, somme toute classique, était de définir l’espace de l’Europe centrale. Dans ce cas, Jerzy Kloczowski a déjà souligné la pluralité et la diversité des dénominations différentes et partielles. Tout en ayant pour sa part retenu une approche large de l’Europe du Centre-Est, il souligne que toutes les appellations peuvent être opératoires à condition de préciser l’époque et le contexte historique. La chronologie retenue offre déjà un thème spécifique complexe. Entre le symbole des audaces tchèques présentées par Olivier Chaline et la chute du mur de Berlin, l’Europe centrale c’est d’abord celle d’un champ – aux marges repoussées des rêves de La Porte, au sud, et de la Suède, au nord –  régulièrement agité par une recherche de l’identité originelle, d’abord partagé, entre les Habsbourg puis les Romanov (voire les Hohenzollern) à la tête d’États forts, soucieux de mettre en valeur un espace plus ou moins soumis ; c’est ensuite celle d’un champ partagé de manière incertaine lors des traités de paix de la Première guerre mondiale et sombrant sous la tutelle soviétique, cette fois unique, régulièrement remise en cause au nom de l’indicible identité. L’Europe centrale disparaît alors du vocabulaire pour devenir « l’Europe de l’Est ». Or, comme l’écrit le plus français des Hongrois du XXe siècle, François Fejtö, en conclusion de son livre Histoire des démocraties populaires, dès 1952 : « Le souhaiteraient-ils, les Européens de l’Ouest ne peuvent pas de désintéresser des Européens de l’Est, et ces derniers ne peuvent se résigner à être définitivement séparés des Européens de l’Ouest ». Et Fejtö de s’appuyer sur un des Français les plus connus en Europe centrale au XVIIIe siècle : « Les choses sont telles en Europe que tous les États dépendent les uns des autres », écrivait déjà Montesquieu. « La France a besoin de l’opulence de la Pologne et de la Moscovis, comme la Guyenne a besoin de la Bretagne et la Bretagne de l’Anjou. L’Europe est un État composé de plusieurs provinces ».L’histoire des vingt-cinq dernières a tragiquement confirmé ces paroles, conclut Fejtö. L’automne des peuples de 1989 permet, heureusement, trente-sept ans après l’analyse de Fejtö, aux deux Europes de se rapprocher au point d’appartenir à un seul ensemble, l’Union européenne depuis 2004.

À cet égard, pour un exemple médian, aux XVIIIe et XIXe siècles, la Bohème, la Hongrie et la Pologne représentent trois entités spécifiques sujettes pour les deux premières aux décisions de Vienne et pour la troisième à celles de Saint-Pétersbourg. En 1699, lorsque les Habsbourg purent reconquérir la Hongrie sur les Turcs ottomans, et lorsque les Russes imposèrent la dynastie de Saxe-Wettyn, loin des attentes de la Diète polonaise, la France fut alors perçue en Europe centrale comme un espoir, sinon une imagination, de liberté. La France voyait pour sa part dans les révoltes régulières, illustrées par celles de Rákóczi ou de Kocziuszko, par les révolutions de 1830 ou de 1848, un moyen de contrebalancer les volontés impériales. Cette double attente fut néanmoins plus complexe car la Hongrie, la Bohème et la Pologne étaient  loin d’être des blocs unitaires et en France, si Louis XIV veilla à ne soutenir que de manière très mesurée la guerre d’indépendance hongroise, Saint-Just puis Guizot firent la même chose à l’égard des Polonais et des Hongrois pendant leurs Révolutions. Le royaume de Hongrie mal associé à celui de Croatie dominait la Slovaquie alors que l’espace de la République polono-lituanienne inégale  avait des confins bien indécis. Les attentes patriotiques furent multiples et « l’ordre de Versailles », au lendemain de la Première guerre mondiale, fait exploser cette géographie politique de l’Europe centrale. Cette dramatique identité fut largement utilisée par l’école historique communiste soviétique. Il faudra bien se pencher aussi sur ce principe ancestral et même sur le stéréotype de l’alliance de revers, qui du XVIIe siècle, peut bien aller jusqu’à la politique de François Mitterrand face à la réunification allemande et à l’Europe centrale. Le projet construit à l’Université de Nantes par Eric Schnakenbourg sur les régions périphériques et les espaces seconds (XVIe-XXe siècle), avec lequel nous aurons aussi à coopérer, doit dans le cadre bordelais être approché de manière chronologique et spatiale spécifique. Il y avait en tout cas dans cet espace de l’Europe centrale en crise, et à reconstruire, des particularismes politiques, socioculturels et économiques qui offrent des  perspectives géographiques transversales spécifiques et originales aux trois axes majeurs du CEMMC :
– Élites (Laurent Coste, Sylvie Guillaume)
– Identités et territoires des villes portuaires (Michel Figeac, Bruno Marnot)
– L’Action publique (Florence Buttay, Sébastien Laurent)

La conception des trois axes du CEMMC a volontairement retenu un cadre local régional et international qui utilisent tous à un moment donné l’Europe centrale avec des aspects distincts mais aussi imbriqués. La géographie des philosophes, chère à Numa Broc, celle des aventuriers, des entrepreneurs, des cuisiniers ou des précepteurs, des voyageurs raisonnables ou pas, celle des diplomates soucieux de l’incertitude polonaise avant l’irruption de la question de l’Orient grec et turc, chère à István Majoros, celle enfin des hommes politiques ambitieux, passa d’ailleurs presque obligatoirement par l’Europe centrale. L’étude transversale ne saurait être limitée à la seule analyse des voyages. Le genre est  largement utilisé et étudié mais il n’a toutefois pas toujours mis en avant une spécificité globale de l’Europe centrale. N’était-il d’ailleurs pas plus original, dans un monde pré ou encore post romantique, d’aller courir un monde baroque, parfois facilement «slavisé », mais tout de même moins risqué que celui des études de Dirk van der Cruyss, et plus lointain cependant qu’une Italie devenue trop classique ? Le voyage d’Elisabeth Berkeley, en 1786, illustre finalement la particularité et toutes les possibilités de cet espace spécifique. Cette anglaise aux mœurs faciles avait dû s’éloigner de Londres pour un voyage en Tauride, entre Vienne, Saint-Pétersbourg et Constantinople et  s’attacha à retenir, comme d’autres, tout ce qu’elle avait pu observer de la vie des élites tchèques, polonaises et hongroises, de l’architecture des villes et des ports traversés, de l’action publique engagée pour moderniser une zone oubliée.

Les  correspondances et leurs réseaux en construction étudiés par Pierre-Yves Beaurepaire, les comptes rendus de la presse informée ou désinformée, les rapports politiques, les fiches commerciales du négoce atlantique (puisque cette Europe, de Dantzig à Fiume, avait deux ports comme débouchés presque naturels du nord au sud), les catalogues des bibliothèques françaises, hongroises, tchèques ou polonaises prennent également toute leur place comme miroir de la réalité, mais  peuvent-ils être à la fois déstructurés pour être mieux associés ensuite ? C’est certainement une des audaces auquel ce programme devra aussi essayer de répondre. La forme et l’enjeu de l’échange entre la France et l’Europe centrale programme transversal doivent être en fait conjugués et décryptés au pluriel : L’échange « ne peut prendre tout son sens qu’en étant inséré dans un ensemble qui témoigne de la vie qui l’entoure, des conditions, des contraintes et préoccupations politiques, religieuses, financières ou commerciales, intellectuelles, culturelles […] on est ainsi conduit très rapidement de l’interprétation du texte à la mise en relation de cette pièce avec un ensemble signifiant ». Ainsi de manière étonnante on pouvait très facilement côtoyer dans les stations françaises à la veille de la Première guerre mondiale les élites sociales hongroises et tchèques favorables à l’empereur François-Joseph venues se reposer à proximité des héritiers polonais qui avaient refusé l’annexion russe, mais alors jusqu’où put aller le mythe de l’Europe française pensé par Pierre-Yves Beaurepaire pour le XVIIIe siècle  ?

De manière concrète, il semble simple et porteur de suggérer à chacun des trois axes du CEMMC de penser une journée d’études sur l’Europe centrale au cours du prochain contrat quadriennal et, de fait, ce sont les trois axes qui construiront ensemble ce programme transversal conçu comme une anthologie pratique des recherches bordelaises sur l’Europe centrale.

Des suggestions peuvent ainsi être proposées à chacun des axes :
1° Une table ronde sur « Les échanges culturels entre les cours de France et de Pologne aux XVIIe et XVIIIe siècles ». Elle se tiendrait au château de Wilanov à Varsovie.
2° Une journée d’études sur La circulation des modes pour l’axe portuaire où Philippe Meyzie aurait à  collaborer avec Jaroslaw Dumanowski de l’Université Copernic
3° Une journée d’études sur La place et les libertés des administrateurs pour l’axe Action publique où Sébastien Laurent doit construire au mieux ce schéma de : « La formation de l’action publique et les processus de décision », avec István Majoros de l’Université Eötvös Lorand (ELTE).

Chacune des journées d’études, pour lesquelles un financement pourrait être demandé à la Fondation de La Poste, au ministère des Affaires étrangères, avec l’aide du service des Relations internationales ne fait ainsi qu’exploiter l’interconnexion scientifique établie entre Bordeaux et la Tchéquie, la Pologne et la Hongrie mais également avec plusieurs laboratoires français ; cet ensemble qui combine au mieux l’individu, le matériel et le pluriel,  devrait dans la mesure  du possible s’intégrer dans la semaine du mois de mars où a lieu la série des Interférences hongroises organisée traditionnellement par le lecteur de hongrois à l’Université de Bordeaux 3 et devrait reposer sur l’invitation de deux ou trois collègues venus des universités partenaires et de deux ou trois spécialistes français spécifiques ; la quatrième année verrait la publication de l’ensemble et la définition des critères, et donc des enjeux,  de recherches postérieures.

François CADILHON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *