Élites européennes

LES ÉLITES EUROPÉENNES DU XVIe SIÈCLE À NOS JOURS
Modèles, transferts, singularités

Sous la responsabilité de  Laurent Coste, professeur d’histoire moderne à l’Université de Bordeaux 3 et de  François-Charles Mougel, professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po de Bordeaux.

Ce thème est l’héritage d’une longue tradition de recherches chez les historiens de l’Université de Bordeaux 3. Le quadriennal précédent (2007-2010) avait insisté sur la dynamique des élites, introduisant ainsi les notions d’évolution, de changements et de transferts des modèles. Tout n’avait pas été traité dans les quatre années imparties. Il nous est donc apparu judicieux de rassembler les acquis et de proposer des pistes nouvelles sur le thème des élites en insistant davantage sur les aspects comparatifs avec d’autres pays européens pour profiter ainsi des contacts qui ont été pris ou qui se sont renforcés depuis 2007. Fort de cet acquis, il est envisagé la préparation d’un ouvrage qui serait une présentation globale du phénomène élitaire, tant sur le sol européen que dans les prolongements coloniaux des anciennes puissances occidentales. Ceci sous la forme d’un ouvrage collectif d’historiens bordelais travaillant sur les élites depuis de longues années. Cet ouvrage constituerait une synthèse des travaux menés dans les précédents quadriennaux comme de ceux engagés à partir de 2010. Ouvrage collectif, il serait dirigé par quatre coordinateurs, François Cadilhon et Laurent Coste pour l’époque moderne, Sylvie Guillaume et François-Charles Mougel pour l’époque contemporaine. La préparation de l’ouvrage permettrait de synthétiser les travaux menés dans le quadriennal en cours,  d’insister sur les points qui ont été trop brièvement analysés tels que les transferts de modèles, le rapport à la modernité dans l’espace européen et de proposer de nouvelles pistes comme les élites face aux crises. Il s’agit d’une approche historique utilisant les outils et les méthodes d’historien même s’il n’est nullement exclu de faire appel à des représentants d’autres disciplines comme la sociologie ou les sciences politiques qui ont très largement abordé cette thématique selon des démarches théoriques.

Ce programme de recherches peut se décliner en plusieurs phases complémentaires s’articulant autour de rencontres sous la forme de séminaires, de journées d’études ou de colloques faisant appel à des intervenants extérieurs. Plusieurs rencontres successives ont permis de mettre en évidence ce qui pourrait être l’ossature globale de l’ouvrage,  quatre axes de réflexion et de mises au point. C’est autour de ces quatre idées directrices que se bâtit l’architecture du quadriennal et le programme de recherches :

– Définitions, dimensions spatio-temporelles des élites
– Élites et pouvoir, approche des organisations
– Les cycles élitaires à travers la thématique « élites et crises »
– Sociologie des élites (culture matérielle)

Argumentation générale

Historiographie, épistémologie, méthodologie, taxinomie, dimensions spatio-temporelles

Il paraît indispensable de  revenir sur la notion même, la définition des élites, la pertinence de la notion, ses implications théoriques et les enjeux méthodologiques qu’elle engage. Une comparaison fructueuse peut également naître de la confrontation de disciplines proches mais différenciées. La notion d’élites est périlleuse à cause de sa plasticité. Cependant, personne ne conteste que chaque société possède ses élites, même si elles apparaissent souvent comme des catégories reconstituées a posteriori par l’historien selon des caractéristiques et des principes qui lui sont propres. Le moins que l’on puisse dire est que pas une de celles qui ont été proposées jusqu’à maintenant ne sont restées exemptes de critiques, preuve s’il en est de la réalité mouvante que représente ce concept. L’historien, qui a une démarche empirique, doit partir d’une identification des élites dans le temps et dans l’espace. Existe-t-il ou non des définitions convergentes selon l’époque moderne ou l’époque contemporaine ? Peut-on même envisager de rechercher, pour des époques antérieures (antiquité romaine, époque médiévale), des notions équivalentes ? Un échange avec des collègues antiquisants et médiévistes travaillant sur les élites pourrait être, à cet égard, fort éclairant.

On peut ainsi distinguer :
*  Les élites à statut : les « ordres », les aristocraties, les parlementaires, les « corps constitués » (administration, justice, armée, police), les ordres professionnels, les hiérarchies ecclésiastiques (cardinaux, nonces, membres de l’épiscopat). Il s’agit d’élites disposant de caractéristiques juridiques, que l’on y soit intégré par naissance, par cooptation, par élection, par sélection ou par la praxis. Outre les multiples travaux qui ont été menés, les chercheurs disposent d’outils pour réinterroger ces élites sur la longue durée et dans une perspective comparée, notamment de nombreux dictionnaires biographiques.
*  Les élites sans statut : où fixer les seuils et quels critères de définition retenir (élites foncières, industrielles, commerciales, bancaires, médiatiques, culturelles) ? Il s’agit là d’un domaine où bien souvent les travaux menés montrent différents niveaux d’analyse, notamment sur le choix des critères patrimoniaux. Tel est le cas des travaux portant sur les milieux des entrepreneurs. Là encore, les travaux prosopographiques pourront être réutilisés dans une perspective comparatiste. En outre, selon les pays, des milieux sociaux pouvant être considérés comme faisant partie intégrante des élites disposent ou non de statuts très précis, comme le montre l’exemple de la noblesse. Le colloque organisé en mai 2001 par Michel Figeac sur La noblesse de la fin du XVIe au début du XXe siècle, un modèle social ? avait bien mis en évidence la complexité du fait nobiliaire.
*  Les contre- élites devront être cernées et définies : élites contestataires, élites syndicales. Ces élites sont souvent apparues de manière ponctuelle lors des troubles révolutionnaires qui ont touché l’Europe depuis l’époque moderne mais certaines ont pu s’enraciner, se « notabiliser » en quelque sorte. On s’intéressera également aux élites de minorités (ethniques comme les Basques en Espagne, nationales, religieuses avec les cas des minorités israélites ou des différentes confessions chrétiennes…) et pourquoi pas aux élites criminelles (ex. les mafias).
Une attention toute particulière sera portée aux femmes, aux réseaux exclusivement féminins comme aux réseaux mixtes, en relation avec le projet émergent sous la responsabilité de Carole Carribon, Dominique Picco et Bernard Lachaise. Au-delà d’un effort d’inventaire, il conviendra de questionner leur délimitation et leur forme. Les élites nobiliaires et bourgeoises sont les seuls groupes où, à l’époque moderne, les sources permettent de repérer des embryons de réseaux féminins.

La place des femmes peut être envisagée sous deux angles principaux et ce depuis l’époque moderne. Il s’agira, dans un premier temps, de définir et de mesurer la place des femmes au sein des élites, de cerner les formes de pouvoir de ces élites féminines (pouvoir réel, pouvoir d’influence, pouvoir d’empêcher), d’établir une sociologie de ces femmes (origine, formation, activités…) et, dans un second temps, d’identifier les modes d’action des femmes des élites au sein de la société, de mettre en valeur  les fonctions dévolues aux femmes à l’intérieur des élites, de vérifier si les femmes engagées dans les mouvements favorables à la promotion des femmes (des suffragettes aux féministes) se considèrent comme l’élite du sexe féminin.

Ainsi, sociologues, économistes contemporains évoquent souvent pour les opposer, le modèle anglo-saxon, le modèle français, le modèle rhénan. L’étude comparée des élites dans les différents États, l’étude de l’évolution et des grandes ruptures (1789, 1848, 1914, 1945, 1989, entre autres) permet-elle aux historiens de valider ou non ses modèles, en les débarrassant de l’arrière-plan idéologique qui sous-tend ces oppositions ? On pourra ainsi interroger les différents niveaux d’élites que les uns et les autres reconnaissent, identifient dans le cadre de leurs recherches.
*  Les élites du local (rurales, urbaines, provinciales, régionales, des minorités nationales).
*  Les élites nationales : des études par pays et par groupes de pays seront menées de façon à faire apparaître d’éventuels « modèles » (élites latines, germaniques, centro-européennes, anglo-saxonnes, scandinaves, balkaniques, ibériques etc..). On s’interrogera sur les rapports éventuels que ces différents modèles entretiennent avec les structurations politiques (monarchie, république, conservatisme, « gauche », démocratie, totalitarisme).
*  Les élites coloniales et impériales. Dans la continuité du précédent quadriennal, ce sont les transferts de modèles élitaires qui seront ici envisagés.
*  Les élites transnationales : vers des élites européennes : des humanistes de la Renaissance aux élites des Lumières, des élites de la révolution industrielle aux élites technocratiques du XXe siècle. L’objectif est ici de discerner les formes d’apparition de véritables élites européennes de la république des lettres et de l’Europe aristocratique à l’Europe des syndicats et des médias, de la Respublica Christiana à « l’eurocratie » bruxelloise.

Élites et pouvoirs

 Il s’agit d’une problématique intéressante, déjà abordée dans plusieurs travaux du CEMMC, comme le montre le colloque Le pouvoir et le sang organisé en mai 2008, et ceux plus anciens, comme Les élites fin de siècles. Cette problématique fait depuis longtemps l’objet de recherches de nombreux membres du Centre.

Le cœur de cette problématique porte sur la notion de pouvoir. Celle-ci est à appréhender dans ses trois composantes principales : le pouvoir d’agir, le pouvoir d’influencer et le pouvoir d’empêcher. Cette répartition fonctionnelle, dont il faudra mesurer les diverses modalités selon les époques, se décline ensuite en mécanismes institutionnels eux-mêmes articulés autour de quatre axes majeurs. On peut ainsi distinguer les pouvoirs fondamentaux politiques (élites gouvernementales, législatives, partisanes) et économiques (élites foncières, industrielles, commerciales et financières, sans oublier les élites syndicales) et les pouvoirs de la fonction sociale tant ceux de l’autorité (élites administratives, militaires et judiciaires) que ceux de la socialisation (élites religieuses, éducatives, culturelles et médiatiques). Ces pouvoirs, naturellement, sont évolutifs dans le temps qui conditionne leurs formes et leur structuration ; ils sont également à apprécier dans leur verticalité spatiale, de l’échelon local à l’échelon national voire européen. Il conviendra parallèlement d’en analyser la nature : s’agit-il de pouvoirs globaux ou restreints, hiérarchisés ou ouverts, concurrents ou solidaires ?

De cette différenciation fonctionnelle découle la question des systèmes de pouvoir. Nous sommes ici au cœur des grandes théories du pouvoir qui font appel à trois grandes thèses : la thèse pluraliste (Raymond Aron, Robert Dahl), la thèse élitiste (Vilfredo Pareto, Gaetano Mosca, Charles Wright Mills) et la thèse marxiste (Karl Marx, Vladimir Ilitch Lénine, Antonio Gramsci).

L’historien n’a pas ici à faire œuvre polémique ou « engagée » mais à utiliser les concepts de ces trois thèses non seulement pour étudier la structure du pouvoir mais aussi pour en comprendre les mécanismes profonds, les spécificités de leur fonctionnement et le sens de leur projet collectif. Bien entendu, pour mener cette étude plusieurs aspects seront à prendre en compte :
Les relations entre élites : domination, dualisme, multipolarité (d’où les notions d’élite régnante, d’élites dirigeantes, d’Establishment, de contre-élite voire d’anti-élites, selon les modèles tracés par Nicos Poulantzas, Jean Meynaud, Anthony Sampson, Giambattista Busini et bien d’autres).
Les modes de fonctionnement du pouvoir : coercition et confiscation, négociation et compromis, compétition et conflit voire désordre et anarchie.
Les stratégies du pouvoir : la force, l’autorité, le « masque », le non-dit…
Les modalités de la régulation élitaire : y a-t-il séparation des élites ou osmose ? Y a-t-il circulation des élites et sous quelles formes (cumul, rotation, cursus honorum) et selon quel processus (élection, nomination, cooptation, clientélisme, hérédité) ? À ce titre l’étude des cultures élitaires (dus à l’éducation, à l’origine sociale, à la socialisation interne…) sera essentielle de même que celle des lieux de la rencontre élitaire (parlements, salons, clubs, conseil d’administration…). Une recherche sur les réseaux sera aussi indispensable, qu’il s’agisse de clientèles aristocratiques ou notabiliaires de l’Ancien Régime ou des systèmes structurés contemporains (cabinets ministériels ou lobbies européens). Le recours aux archives du « for privé » comme aux  interviews de grands témoins (comme Jacques Delors) permettront de bien mettre en évidence ces logiques élitaires, de la Renaissance au troisième millénaire.
Les formes de légitimation : existe-il des formes de la « reconnaissance », interne et externe, de l’appartenance aux élites. Quel est le discours des élites tant sur elles-mêmes qu’envers le reste de la population (prêches, déclarations officielles, paroles médiatiques, programmes scolaires) ? Quelle forme revêt, en sens inverse, la relation entre peuple et élites qu’elle soit positive (révérence, fidélité, approbation par les sondages et les votes…) ou négative : le discours anti-élitaire des intellectuels des mouvements contestataires et révolutionnaires s’avère tout aussi révélateur de l’état d’un système de pouvoir que le discours de légitimation. La représentation élitaire dans le discours mais aussi dans l’apparence (vêtements, rituels, portraits, cérémonies…) devrait utilement compléter cette approche du phénomène élitaire dans sa dimension globale, du local à l’européen.

Toutes ces recherches doivent déboucher finalement sur deux thématiques essentielles. La première touche à l’idéologie. Quelles sont les valeurs, les principes et les objectifs qui régissent le système étudié ? Comment se traduisent-ils en termes de régime politique (monarchie, dictature, république…) ? Quelles missions ces régimes s’assignent-ils et comment légitiment-ils leur rôle (cohérence ou divergence, autorité ou débat..) ? Ici, bien sûr, s’impose une typologie faisant appel aux grandes conceptions du pouvoir – démocratie, absolutisme, oligarchie, totalitarisme – ainsi qu’aux grandes idéologies (« gauche », droite, fascisme, socialismes sans oublier les formes plus complexes de l’idéologisation des systèmes de l’Ancien Régime). À partir de là on pourra mesurer les formes de médiation élitaire (contrôle, régulation, confiscation) ainsi que celles de la puissance élitaire (stabilité, contestation, crises, révolution). Tout ceci, et ce sera le second enjeu, suppose une forme de vérification par l’observation des politiques mises en œuvre. Il s’agira, au travers d’études de cas ciblées, d’analyser la pertinence, la cohérence et l’efficacité du projet élitaire en prenant en compte aussi bien la nature et le champ (politique mais aussi économique, social et culturel) des mesures préconisées, adoptées ou rejetées que la capacité à associer – ou non – intérêts élitaires et intérêt général. On pourra ainsi mettre en évidence la capacité des élites à en conduire, dans la durée, les modalités : pourra-t-on parler d’élites de la coercition (autocratie russe jusqu’en 1917), de l’autorité aménagée (monarchies absolues du continent européen sous l’Ancien Régime) du partage contrôlé (le système britannique depuis 1688, le modèle scandinave du XXe siècle) voire de l’anarchie tempérée (Pologne au XVIIIe siècle) sans oublier des systèmes originaux comme celui du Vatican ? Ici les critères retenus seront ceux de la compétence et de l’adaptabilité des élites.

Une classification des grands modèles (réformistes/autoritaires, fragiles/solides, légitimes/contraints) s’imposera pour mieux caractériser, aussi bien les systèmes locaux que les systèmes nationaux et, pour la période actuelle, le système européen. Cette approche du pouvoir constitue à l’évidence, la base de la recherche qui permettra de définir les aires élitaires en Europe voire, si l’on y intègre la reproduction de ces modèles dans les espaces coloniaux et post-coloniaux, dans le monde. Elle permettra ainsi de déterminer une carte générale des modèles, d’évaluer leurs convergences et leurs cohérences, et, partant de faire émerger une réflexion sur l’existence d’un « modèle élitaire » européen à l’échelle mondiale.

Les cycles élitaires à travers la thématique « Élites et crises »

Détentrices du pouvoir, du savoir, de richesses, de prestige social, les élites sont changeantes par nature, connaissant alternance de fermeture et d’ouverture. Le phénomène d’ascension sociale mais aussi de déclassement entraîne un renouvellement permanent des élites. Selon les pays, les régimes politiques, la conjoncture économique, les mentalités, des cycles élitaires peuvent être mis en évidence. Face à ces évolutions, les élites peuvent faire le choix de l’ouverture, de la réforme ou celui de la fermeture et du blocage. Les politistes ont ainsi opposé le modèle français, accusé par ses blocages de favoriser des mutations brusques, alors que les sociétés anglo-saxonnes seraient plus réformistes. Ce débat pose la question des relations des élites avec les crises.

Le terme de crise est un terme bien précis dans le vocabulaire scientifique et pour les sciences humaines en particulier. Ces crises sont facilement identifiables : crises économique, politique, culturelle, religieuse, crise de civilisation comme l’indiquait récemment Samuel Huntington. Le terme évoque un moment fort, un bouleversement abruptl’intensité d’un phénomène.

Dans cette thématique Élites et crises, la notion de responsabilité apparaît particulièrement pertinente. La thématique peut être abordée en trois temps qui sont complémentaires.

La première démarche consiste à identifier les élites responsables d’une crise ou tenues pour responsables – en effet les élites sont marquées d’une part par leur diversité, d’autre part par leur plasticité.

La Révolution française a pu opposer des élites bourgeoises à des élites aristocratiques, des élites réformatrices à des élites traditionnelles. Dans la crise économique actuelle, les élites financières sont considérées comme étant très largement responsables, beaucoup plus que les élites économiques ou politiques. Se pose alors le problème de la sanction (qui est alors habilité à sanctionner ?).

Mais l’approche par la responsabilité n’est pas toujours pertinente. On citera l’exemple des crises épidémiques encore qu’on ait pu rendre responsables les premiers découvreurs et colonisateurs de l’introduction de maladies européennes mortelles pour les populations indigènes ; on citera aussi l’évolution conjoncturelle qui échappe aux élites, notamment dans le cadre national, et plus encore de la région ou même du terroir en temps de mondialisation (révolution industrielle du XIXe siècle, mondialisation XXe siècle).

Dans un deuxième temps on  étudiera les réactions des élites face aux crises – réaction ou raidissement, intériorisation et adaptation voire instrumentalisation de la crise, comme moyen de réaffirmer sa position de domination – ce qui pose le problème du rapport des élites à la modernité ou plus globalement de leur capacité à réformer. On citera le rôle de la noblesse dans le processus de de la Révolution française, les réformes sociales pour éviter une amplification de la crise sociale, on citera le passage d’une République à l’autre (IVe à la Ve République) entre 1958 et 1962 pour éviter une guerre civile ; on évoquera les réformes entreprises en Angleterre au lendemain de la Guerre.

Ceci nous amène à nous  interroger sur le renouvellement ou non des élites après la crise (les politologues et les sociologues comme Vilfredo Pareto, Charles Wright Mills, Elia Suleiman, Michel Crozier ou Pierre Birnbaum  ont écrit de nombreux ouvrages sur ces thèmes). L’historien peut aborder cette problématique avec ses propres outils en inscrivant ses analyses dans une temporalité bien circonscrite, à partir d’exemples concrets qui serait l’étude de ces élites et de leur métamorphose dans les crises.

Pour conclure, les élites sont-elles immuables par delà des crises ? La réflexion portera ainsi  sur les apports et les dangers du renouvellement des élites lorsqu’il est brutal, comme lorsqu’il est lent. En contrepoint, à l’opposé du renouvellement brutal des élites par l’intermédiaire des crises, le processus lent de renouvellement, sur plusieurs générations invite à s’interroger sur le rôle de la famille, sur l’existence de stratégies familiales.

Sociologie et sociabilité des élites

On travaille sur les modalités de recrutement des élites. Élection, cooptation, héritage, hérédité, multiples ont été au cours de l’histoire, les moyens d’intégrer les élites. Les travaux d’histoire sociale ont considérablement évolué, dans leur méthodologie et leurs perspectives, au cours des trente dernières années. Histoire quantitative, microstoria ont apporté chacune des éclairages pertinents, notamment en ce qui concerne les milieux d’origine, la mobilité sociale.

On s’intéressera aussi aux formes de sociabilité des élites,  leurs résidences (voir le château, l’hôtel urbain), leurs lieux de rencontres (parlement, salons, lieux médiatiques, clubs, chasses mais aussi lieux officiels de négociation), leurs codes (langages, manière, accent, vêtement, rituels sociaux et mondains), des moyens de reconnaissance, des signes d’appartenance qui ont pu d’ailleurs être imités par les milieux qui leur étaient inférieurs.

Cette perspective d’histoire sociale des élites amène à s’interroger sur l’existence d’un modèle familial spécifique aux élites. Ce projet sur les comportements familiaux des élites n’entend pas apporter à lui seul des réponses définitives au problème de la définition et de la délimitation de ce groupe, mais plutôt éclairer sur des pratiques et des modes de fonctionnement qui distingueraient les élites du reste du corps social. À partir des acquis de la recherche en démographie historique, et plus encore en histoire de la famille, dire que les élites ont des comportements familiaux qui les distinguent du reste de la population peut apparaître comme une évidence. Cependant, l’idée de faire une synthèse de ces pratiques à l’échelon européen et sur plus de quatre siècles ne va pas forcément de soi tant les méthodes d’investigation choisies, les sources utilisées ou les problématiques retenues laissent apparaître un foisonnement disparate plutôt que des investigations convergentes ou coordonnées. En outre, il faut compter avec le fait que ce champ de recherche s’est développé plus tardivement dans certains pays, la Péninsule ibérique ou l’Europe centrale accumulant aujourd’hui des résultats à un rythme rapide et qui renouvellent grandement les données disponibles depuis plus longtemps pour l’Europe du Nord, du Nord-Ouest ou l’Italie.

La réalisation de l’ouvrage de synthèse s’appuiera donc sur l’organisation de séminaires, de journées d’études, de colloques, associant chercheurs du Centre et extérieurs.

Organisation des recherches

Définitions, méthodologie, dimensions spatio-temporelles

– Journée d’études à caractère méthodologique à l’automne 2010 : Les élites au cours de l’histoire : regards croisés d’historiens de l’Antiquité à l’époque contemporaine
Il s’agira de confronter les différentes périodes, de vérifier la pertinence du terme élite pour désigner des réalités fort complexes et fluctuantes. Dans une société d’Ancien Régime comme la France, le terme élites recouvre-t-il la noblesse, la notion de privilèges ? Les textes de l’époque, ceux des jurisconsultes comme Charles Loyseau, ceux des mémorialistes, montrent-ils des évolutions dans la perception des contemporains ? Le critère de l’argent qui progresse au détriment de l’honneur est-il un signe du passage à la société contemporaine ? Plusieurs intervenants, modernistes, contemporanéistes, historiens, juristes interviendront pour évoquer le cas français mais aussi celui des autres sociétés européennes (Îles britanniques, péninsule ibérique, Europe centrale)
– Publication d’une source inédite sur la connaissance des élites provinciales françaises du XIXe siècle : Antoine Gautier, sous la responsabilité d’Agnès Vatican et Pierre Guillaume. Parution prévue fin 2013-début 2014
L’importance du document (1200 pages d’une écriture difficile) impose  de n’en envisager  qu’une exploitation partielle. Après discussion, Pierre Guillaume et Agnès Vatican en sont arrivés à la conclusion que la période la plus riche correspondait sans surprise, au temps pendant lequel Gautier a été maire de Bordeaux, soit la période 1849-1860. Cette exploitation implique une numérisation du texte conduisant à sa diffusion informatique n’excluant pas, ultérieurement, la production d’un ouvrage dans la collection dirigée aux PUB, par Michel Figeac. L’étude ainsi envisagée de la période 1849-1860 doit permettre de s’interroger sur le rôle peu connu des maires des grandes villes sous le Second Empire, dans le contexte du renouvellement des études portant sur cette période, inspiré notamment par les travaux et publication d’Eric Anceau. Nommé par le ministre de l’Intérieur sur avis du Préfet, le maire doit cette promotion à l’influence des notabilités du lieu. On recherchera donc la nature de ses relations avec celles-ci. Il doit posséder les attributs de membre des élites mais il est bon que son statut ne lui assure pas une totale indépendance pour que puisse s’exercer sur lui l’autorité du pouvoir central. À travers un tel personnage, on perçoit donc ce que sont les seconds rôles au sein des élites locales. Les fonctions mêmes  d’un tel maire méritent d’être précisées. Quels sont les domaines dans lesquels il a une autorité autonome, dans quel autre n’est-il qu’un exécutant ? Quel est son entourage susceptible de l’aider dans ses tâches diverses, exécutant salarié de la mairie d’une part et personnage d’influence lui donnant son assise dans la société locale d’autre part ? Comme le montrent bien les aléas de la carrière publique d’Antoine Gautier, un tel maire est sous le Second Empire, un personnage fragile, soumis à l’autorité de son ministre de tutelle qui doit lui-même tenir compte des degrés d’adhésion de l’opinion publique locale à sa politique et à sa gestion. Gautier sera ainsi la victime, avec l’histoire des eaux, d’erreurs techniques qui ne sauraient lui être directement imputables. On a ainsi une illustration de ce rôle de fusible que peuvent jouer sous le Second Empire maires nommés et préfets.

Élites et pouvoir

– « Existe-il un modèle élitaire européen à travers l’étude des réseaux ? » Sous la responsabilité de Laurent Coste et Sylvie Guillaume.
On prendra pour exemple celui des élites gouvernementales (pour la période moderne : l’entourage des Le Tellier/Louvois et Colbert au XVIIe siècle, du cardinal Fleury au XVIIIe ; pour la période contemporaine : les membres de la Commission de Bruxelles, les réseaux de Jacques Chaban-Delmas ou de Raymond Barre). Cette étude reposera sur les acquis des enquêtes prosopographiques. Une réflexion méthodologique initiale (automne 2010) permettra d’uniformiser les critères qui seront retenus pour faciliter la mise en évidence des convergences et des divergences entre époque moderne et époque contemporaine.
– Projet d’exposition au printemps 2013 avec publication d’un catalogue en relation avec les musées de Bordeaux : « Les élites en représentation : portraits de notables bordelais »
Par leurs travaux sur les élites, Michel Figeac, Laurent Coste, Caroline Le Mao, Stéphane Minvielle, et d’autres ont noué de précieux contacts avec les représentants des grandes familles de la noblesse et du négoce bordelais. Ils ont eu accès à des archives privées et à de nombreux tableaux de famille. En puisant dans les fonds picturaux des Musées des Beaux-Arts et des Arts décoratifs, en collaboration avec deux conservateurs, Olivier Le Bihan et Marc Favreau, en faisant appel aux collections de particuliers mais aussi d’institutions locales (chambre de commerce, Ordre des avocats), il s’agira de proposer une exposition présentant à la fois des portraits de familles et des portraits individuels. Magistrats des Cours souveraines, de la juridiction consulaire, de l’hôtel de ville seront ainsi associés avec le souci de faire apparaître les continuités et les ruptures entre l’Ancien Régime et l’époque contemporaine. Port, costume d’apparat, insignes du pouvoir, signes de richesse, les différents attributs distinctifs des élites urbaines seront mis en valeur.
– Les élites et le pouvoir économique : l’exemple des élites viticoles. Colloque international « Les élites et la construction de la propriété viticole » (automne 2012) sous la responsabilité de Marguerite Figeac-Monthus et de Corinne Marache
L’organisation d’un colloque dans cette thématique répond à une demande pluridisciplinaire dans le cadre du PRES Université de Bordeaux puisque nous pourrons réunir les œnologues de Bordeaux II, les juristes de Bordeaux IV et les géographes de Bordeaux 3. Par ailleurs, il peut s’inscrire dans des actions prioritaires du Conseil régional. Enfin, il s’insère dans les projets définis au niveau national dans le GDR CNRS de Gérard Béaur sur les sociétés rurales européennes et dans une demande d’Histoire et Sociétés Rurales dirigé par Jean-Marc Moriceau.
Lors du colloque qui s’est tenu à Bordeaux les 2 et 3 avril 2009 sur « les élites et la terre du XVIe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale » sous la direction de Caroline Le Mao et de Corinne Marache, plusieurs communications se rapportant à la formation des vignobles et à l’innovation avaient permis de souligner en Bordelais, le rôle des élites dans la constitution d’un patrimoine foncier centré sur la viticulture. Un mécanisme de mise en valeur de la terre s’était alors dégagé et plusieurs idées en étaient ressorties : le regroupement des terres soit par achat, soit par échange, le rôle des propriétaires résidents issus du milieu nobiliaire et plus particulièrement parlementaire dans l’amélioration du matériel et des bâtiments viti-vinicoles, la place des stratégies et des alliances dans le regroupement ou l’éclatement des domaines, l’émergence progressive d’un vin de qualité grâce aux contacts de sphères économiques nationales ou européennes, le rôle du négoce dans les investissements fonciers, la place des régisseurs et leurs liens avec les propriétaires pour l’exploitation des domaines, la transmission du modèle nobiliaire avaient montré combien la terre était porteuse d’identité. Tous ces phénomènes qui expliquaient en partie la constitution d’un vignoble de qualité, apparaissaient dès le début du XVIIe siècle, s’étaient affirmées au XVIIIe siècle, pour devenir un modèle de fonctionnement au XIXe siècle.
L’ensemble de ces idées nous semble s’inscrire dans l’axe n° 1 du GDR de Gérard Béaur consacré aux sociétés rurales et dynamiques économiques dans lequel on retrouve les classifications sociales, les stratégies d’exploitation et d’accumulation, les processus de croissance et le rapport au marché, la question de la propriété foncière.
Pour ce colloque international, « Les élites et la construction de la propriété viticole » trois  axes d’étude pourraient être envisagés :
– Les étapes de constitution des grands domaines viticoles
– La place et le rôle des élites dans l’émergence d’un vignoble de qualité
– Elites, propriétés viticoles, transmission et modélisation

Les cycles élitaires

Élites et crises 
Un ensemble de séminaires (2010-2012) permettra de présenter l’attitude des élites face aux différentes crises que le continent européen a connues, crises politiques, économiques, religieuses, démographiques, sociales. Ces séminaires donneront lieu à un colloque international (automne 2012) sous la direction de Laurent Coste et de Sylvie Guillaume. Cet ensemble de manifestations s’appuie sur un premier acquis. Depuis deux ans existe une rencontre annuelle, une à Bordeaux, l’autre à Munich sur le thème « Crises et conscience de crise en France et en Allemagne dans les années 1960 » réunissant des historiens contemporanéistes du CEMMC, les historiens du Zeitsgeschichte de Munich dirigé par le professeur Horst Möller et les germanistes des Universités de Bordeaux 3 et de Paris III (responsables : Sylvie Guillaume, Jean Mondot et Horst Möller). L’objet du colloque « Élites et crises » sous la responsabilité de Laurent Coste et de Sylvie Guillaume est d’élargir les problématiques dans le temps et dans l’espace à partir d’une identification des grands moments de l’époque moderne à l’époque contemporaine (la Réforme et les guerres de religion, les révoltes rurales et urbaines, la Révolution française, le « printemps des peuples 1848 », les crises démographiques comme les épidémies de peste, les catastrophes climatiques à l’image du Grand Hiver de la fin du règne de Louis XIV, les guerres mondiales et coloniales, les crises économiques de l’Ancien Régime comme celles de l’ère industrielle, 1873, 1930, 1973 et 1979, les crises socio-culturelles 1968). On s’interrogera sur les attitudes des élites, elles aussi clairement identifiées face aux crises ; ceci suppose une réflexion sur le rapport des élites à la modernité. Ont-elles, par leur conservatisme favorisé les crises ? Les ont-elles surmontées par une politique de réformes bien conduites ? Ont-elles été balayées par les crises, ce qui implique un renouvellement des élites qui peut aussi se traduire par un simple transfert de modèles élitaires ? Tout ceci en opérant des comparaisons entre des pays européens qui ont des cultures convergentes ou très différenciées (on opposera les cultures de conflits comme la France aux cultures de négociation comme la Grande-Bretagne).

Sociologie et sociabilité

Projet d’une table ronde (printemps 2011) et d’une journée d’études (automne 2011) : « Comportements familiaux et identité des élites européennes du XVIe au XXe siècle » sous la responsabilité de Stéphane Minvielle
Dans le cadre de la préparation de l’essai sur les élites, le plus opportun serait sans doute d’ouvrir très largement, pourquoi pas exclusivement, ce projet à des chercheurs extérieurs au CEMMC afin de nourrir une réflexion qui pourrait ensuite alimenter un ou plusieurs chapitres du livre. Pour donner de la densité au propos, la meilleure option serait l’organisation d’une journée d’études au lieu de séminaires étalés dans le temps, l’intérêt étant de pouvoir confronter plutôt que de juxtaposer les points de vue.
Dans un premier temps, les membres du CEMMC intéressés par le projet pourraient se réunir pour une table-ronde destinée à affiner la problématique et les thèmes de recherche retenus, à fixer des objectifs précis au projet et à établir des priorités dans le choix des intervenants extérieurs. Ensuite, une fois que les personnes contactées auraient donné leur accord, serait établi un programme avec, pour chaque session de travail centrée sur un thème du projet, la désignation d’un membre du CEMMC qui en serait le discutant. Cette démarche supposerait que les intervenants livreraient leur texte avant la date de la rencontre pour que le contenu puisse être mis en débat entre les auteurs et les participants.
Quelques pistes paraissent particulièrement stimulantes :
Les comportements familiaux des élites : un marqueur social ?
Des données objectives permettent de dire que les élites ont des comportements qui les distinguent du reste du corps social : l’âge au mariage tardif, surtout pour les hommes ; les enjeux patrimoniaux liés à la formation du couple ; la fécondité ; la plus forte espérance de vie ; la question de la transmission des biens, etc.
Les comportements familiaux des élites : l’idéal du repli sur soi ?
Les élites montrent souvent qu’elles ont conscience de constituer un groupe à part, ce qui se manifeste en particulier par des comportements destinés à assurer au mieux leur cohésion familiale, le développement de relations avec leurs semblables et leur reproduction sociale.
Les comportements familiaux des élites : un modèle pour le reste de la société ?
L’une des façons de considérer les comportements familiaux des élites peut être de dire qu’ils constituent un idéal pour ceux qui n’en font pas encore partie, et un modèle auquel il faut renoncer lorsque l’on n’est plus en mesure de tenir son rang.
La famille, atout ou maillon faible pour les élites européennes ?
Même si, en général, la famille est considérée comme un atout maître dans un parcours élitaire, il ne faut pas négliger que les comportements familiaux peuvent constituer un obstacle ou créer des impossibilités nuisant au déroulement d’un parcours individuel ou collectif (déclin progressif de la fécondité,  rôle des conflits familiaux dans la fragilisation de certaines élites, difficulté de concilier les ambitions personnelles avec les attentes ou les nécessités familiales).
Les chercheurs participants seraient invités à venir présenter leurs travaux dans des perspectives le plus souvent nationales, à charge ensuite aux auteurs de l’essai sur les élites de se nourrir de cette matière pour construire une synthèse. Par ailleurs, puisque cet essai ne serait rédigé que par des membres du Centre, on pourrait envisager la publication des communications soit dans le cadre d’un numéro spécial de revue (revue spécialisée en histoire de la famille ou revue plus généraliste alliant histoire moderne et contemporaine), soit dans le cadre des Cahiers du CEMMC, avec donc une publication en ligne sur le site internet (qui serait la solution la plus rapide et la plus économique, tout en laissant la liberté aux auteurs de publier leurs travaux ailleurs).

Coordinateurs, participants, centres et réseaux de recherches associés

Coordinateurs et participants au programme de recherche
Les coordinateurs :
Laurent Coste (professeur)
François-Charles Mougel (professeur)
Les chercheurs :
Professeurs : Marc Agostino ; François Cadilhon ; Laurent Coste ; Michel Figeac ; Sylvie Guillaume ; Pierre Guillaume (professeur émérite) ; Jean-Paul Jourdan ; Bernard Lachaise
Maîtres de conférences : Christine Bouneau,Florence Buttay, Caroline Le Mao, Dominique Picco,Philippe Meyzie, Stéphane Minvielle, Jean-Pierre Moisset, Eric Suire
Professeurs, maîtres de conférences et enseignants-chercheurs extérieurs à l’Université de Bordeaux 3 : Séverine Pacteau, Françoise Taliano-des Garets (Sciences Po Bordeaux IV) François-Charles Mougel (Sciences Po Bordeaux) ; François-Joseph Ruggiu (Paris IV) ; Matthieu Trouvé (Sciences Po Bordeaux)
Archives municipales : Agnès Vatican, conservateur
Doctorants, post-docs : Mathieu Aubert, Grégory Champeaud, François Dubasque, Philippe Gardey, Yannick Giraud, Cédric Guillaume, Stéphanie Lachaud, Frédérique Leferme-Falguières, Dominique Pinsolle, Thierry Truel
Articulations avec d’autres centres et réseaux de recherches
Université Nicolas Copernic (Torun)
Université ELTE (Budapest)
Zeitsgeschichte Institut,  Münich (Président : Horst Möller)
Comité d’histoire parlementaire et politique (Président : Jean Garrigues)
GDRE « Histoire des campagnes européennes » (Gérard Béaur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *