Echelles, Réseaux, Environnement

Axe 3 : Echelles, Réseaux, Environnement

Responsables : Michel Figeac et Alexandre Fernandez

La programmation de cet axe Echelles, Réseaux, Environnement (ERE) s’inscrit dans des trajectoires et des acquis de recherche du CEMMC et de l’historiographie bordelaise : histoire des espaces atlantiques, et plus largement histoire maritime et portuaire[1], dynamiques ibériques internationales et histoire des empires coloniaux, histoire transnationale des marchés du vin, histoire des réseaux techniques, envisageant les différentes échelles locales, régionales, nationales et internationales, mais aussi dans une dynamique pluridisciplinaire la géographie de l’environnement.

Cet Axe transversal met en œuvre une fertilisation croisée entre les échelles, par une approche multiscalaire, les réseaux, à la fois techniques, organisationnels et sociaux, et l’environnement, dans une perspective et une périodisation qui dépassent la saturation contemporaine du paradigme du développement durable. La spécialité Histoire du développement et de l’environnement du Master Recherche HMMC lui est adossée.

Comme ses deux homologues du CEMMC, cet Axe combine modernistes et contemporanéistes mais bénéficie également de la contribution scientifique de géographes et de civilisationnistes issus de l’équipe EEE, spécialistes des questions environnementales ou de la géopolitique européenne.

Il combine trois sous-axes ou chantiers thématiques, identifiés par trois mots-clefs programmatiques, étroitement connectés, qui caractérisent les dynamiques et les tensions de l’histoire et des espaces connectés : produits, technologies, risques. Ces chantiers de recherche mettent tous les trois en œuvre une économie de la circulation et une articulation des échelles, avec des trajectoires différenciées et des bifurcations produits, technologies et risques qui représentent des objets stimulants d’études[2].

1/ Produits, territoires et modes de consommation

L’étude de la production, de la transformation, de la circulation et de la consommation des produits agricoles, et notamment alimentaires, constitue un observatoire privilégié de l’économie des liens villes-campagnes depuis le XVIe siècle[3]. Elle s’inscrit dans la dynamique d’ « histoire rurale », dans son acception large, développée par le CEMMC durant le précédent quinquennal, et marqué notamment par les colloques importants organisés avec J.L. Moriceau et G. Béaur[4].

Elle permet de revenir sur certaines idées reçues envisageant la ville comme une prédatrice et un espace de décision souvent unilatéral dans les choix opérés dans les territoires ruraux. Selon une approche résolument pluridisciplinaire (géographie, sociologie, économie), elle place au cœur de l’analyse le rôle des acteurs et des structures qui ont favorisé ces liens et ces échanges. Ces réflexions permettent d’observer les influences et les apports mutuels de ces espaces qui, loin de s’opposer et de se concurrencer, apparaissent au contraire le plus souvent complémentaires et interdépendants. Ce sont souvent les productions des terroirs avoisinants qui offrirent l’opportunité de développements industriels et commerciaux. Le jeu des variations d’échelles et de leurs articulations, en engageant des comparaisons internationales, permettra de mieux appréhender comment la ville peut contribuer, par ses approvisionnements, ses consommateurs, ses réseaux et son rayonnement, à valoriser des produits issus de campagnes parfois fort éloignées. Dans l’élaboration de cette typologie réinterrogeant la connexion des espaces urbains et ruraux, une attention particulière sera accordée à la question déterminante des réseaux de transport et des réseaux de distribution utilisés, voire construits, par et pour ces produits.

L’étude des villes comme espaces de valorisation des produits de terroir, axe émergent du précédent quinquennal qui a permis de candidater avec succès à l’appel à projets du Conseil régional d’Aquitaine (programme Vivalter 2012-2015 coordonné par Corinne Marache et Philippe Meyzie), continuera à structurer nos réflexions, mais les perspectives seront élargies au-delà de cette dialectique villes/campagnes. Les partenariats, déjà engagés, seront renforcés avec les institutions et les professionnels (INAO, Lycées hôteliers, Chambres d’agriculture, collectivités territoriales) et les autres équipes françaises reconnues d’histoire de l’alimentation (Tours et Dijon – pour le domaine vitivinicole -). Les notions de patrimoines alimentaires, de mécanismes de construction de la typicité des produits alimentaires, les modalités de leur circulation et l’évolution des représentations des terroirs et des produits seront en particulier interrogées. Des études de cas se concentreront sur les nouvelles orientations de productions agricoles ou encore de valorisation de ces productions auprès des consommateurs.

Le monde vitivinicole, dans une longue périodisation, constituera un champ privilégié d’études, en considérant le rôle des circulations culturelles, y compris la circulation des modèles éducatifs, dans la constitution des marchés. Il nous offre un observatoire multiforme des enjeux de patrimoine, dans leur confrontation aux dynamiques de l’innovation et aux risques liés. Risques alimentaires engendrés par la spécialisation viticole au détriment des cultures vivrières, risques économiques avec l’introduction de nouvelles méthodes de culture (vendanges tardives par exemple), risques sanitaires liés aux maladies cryptogamiques. La question des réseaux de transport apparaît ici essentielle, comme le confirme dès le XVIIIe siècle l’action des intendants en faveur des voies de circulation, renvoyant à la nécessité d’une approche multiscalaire. La concurrence des vins du/des nouveau(x) monde(s) a obligé l’économie vitivinicole française, et plus largement européenne, à mettre en valeur la spécificité, la typicité de ses territoires et de ses produits, en s’insérant dans une perspective de temps long. Comme souhaite le montrer le projet inter-MSH coordonné par Stéphanie Lachaud, la mise en valeur du patrimoine (milieu naturel, bâti, maîtrise et évolution des techniques, aspects culturels dans le sens des pratiques matérielles, sociétales et de la consommation) et son dialogue, souvent difficile, avec les innovations, permettent de mettre à jour les tensions, trajectoires et cycles qui ont pu, historiquement, accompagner la construction d’un vignoble et d’une filière afférente.

Opérations :

– Colloque franco-italien sur Patrimoine alimentaire des campagnes et marchés urbains, du local à l’international en 2017, en partenariat avec l’Université de Parme et de Tours. Colloque transversal avec l’Axe Modèles urbains, modèles d’urbanité.

– Journée d’études en 2016 sur la Logistique des déplacements diplomatiques. Journée transversale avec l’Axe Pouvoirs : acteurs, espaces et représentations.

2/ Technologies : circulation, transferts et enjeux socio-spatiaux

L’histoire des techniques et des réseaux techniques, domaine de compétences de l’équipe du CEMMC, n’est pas envisagée ici dans une approche internaliste mais bien dans une connexion socio-spatiale avec les enjeux de circulation, de transfert et d’appropriation des technologies. Selon l’approche de la construction sociale des techniques (COST) les technologies sont considérées comme la dynamique des systèmes techniques dans leur environnement global. Il faut combiner avec une approche technopolitique qui a été inaugurée par le programme ANR RESENDEM Les grands réseaux techniques en démocratie, dont l’équipe du CEMMC est coordonnée par Christophe Bouneau. Dans ces trajectoires de l’innovation les logiques spatiales jouent un rôle déterminant, comme ont pu le mettre à jour deux programmes interdisciplinaires de la MSHA, structure fédérative de recherches avec qui ce sous-axe, et globalement l’Axe ERE, développera des synergies et des partenariats interdisciplinaires et interinstitutionnels (économistes, sociologues et juristes de l’Université de Bordeaux).

Dans ce chantier Technologies trois espaces seront privilégiées : le grand Sud-Ouest, dans une coopération avec les centres de recherche de Toulouse (FRAMESPA) et de Perpignan ; l’espace européen, à la fois dans sa dimension historique depuis la Renaissance de circulation de l’innovation et sa dimension géopolitique contemporaine de construction sous tensions de politiques d’innovation, soumises aux rivalités diplomatiques et aux contestations sociétales à l’ère du soupçon ; espace atlantique, là aussi dans sa double diachronie des enjeux impériaux et coloniaux des 16ème-19ème siècles et dans son incarnation à nouveau géopolitique sous les traits du pouvoir technologique des Anglo-Saxons et les processus de transfert, analysés régulièrement en termes d’impérialisme technologique. Dans cette perspective de circulation des technologies, les réseaux d’information et de communication, dans l’acception polysémique de communication, retiendront particulièrement notre attention car au 16ème comme au 21ème siècle c’est bien celui qui maîtrise en avance l’information qui bénéficie d’une asymétrie déterminante gage de succès.

Dans cette perspective, deux champs seront privilégiés :

l’énergie, sur la longue durée, dans l’affirmation d’une question énergétique transversale, qui intègre fortement les questions sociétales et la dimension géopolitique. Ce champ s’appuie sur des partenariats développés avec la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies et le Comité d’histoire de l’énergie de la Fondation EDF. Il s’articule clairement avec le chantier Risques infra et avec la dimension environnementale globale de l’axe.

la communication, dans sa triple acception industrielle, culturelle et politique. La question en particulier des entreprises de presse, dans une articulation des échelles régionales, nationales et internationales, offre ici un prisme très révélateur des processus de médiation et de l’économie du déploiement du 4ème pouvoir

Opérations :

– Colloque sur Le vignoble face aux innovations : normes, transferts et résistances, en synergie naturellement avec le chantier 1.

– Colloque en partenariat avec le Labex Europe coordonné par la Sorbonne EHNE (Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe) et le réseau international de recherches Tensions of Europe sur « Technopolitics » : transferts et dissémination des technologies américaines en Europe. Revisiter le syndrome de l’impérialisme technologique

3/ Risques : approches transversales

L’économie des risques constitue une dimension fondamentale de l’histoire et des espaces connectés qui ne peut être appréhendée que par des approches transversales. Ce chantier Risques sera mis en œuvre avec le prisme de la question environnementale, prise dans ses trois périodisations, une périodisation très longue, « naturelle », celle de la géographie « physique », celle du temps de l’histoire moderne et contemporaine, où la révolution industrielle britannique du XVIIIe siècle suscite une bifurcation décisive, enfin depuis les années 1970 la croissance de la question environnementale cristallisée dans l’avènement du paradigme du développement durable.

Nous considèrerons l’étude des risques, de leurs trajectoires et bifurcations, dans leurs rapports étroits, sous tensions, avec la montée du principe de précaution, la dialectique sûreté/sécurité, la question de l’expertise, l’ère du soupçon, et les ambiguïtés du régime heuristique de la transparence. Il s’agira en particulier de remettre en perspective historique, dans des temporalités articulées et souvent emboîtées, les théories de la décroissance à partir de l’appréhension des risques, en revenant sur les corpus de sources et en mettant à jour les bifurcations.

– En termes d’espaces, une attention particulière sera accordée au littoral français et plus particulièrement aquitain, en partant du PEPS Interdisciplinaires RisCartEau « Cartographie des risques « inondation et submersion » sur le littoral atlantique français : approche multiscalaire et croisée du discours et de l’image » obtenu par Anne-Marie Meyer et son équipe, en partenariat avec les E.A. 4574 SPH et 4426 MICA. A travers l’étude des discours, sera également pris en compte les fonctionnements naturels et la reconstitution des paléo-environnements, paramètres indépassables dans la mesure et la prévention des risques d’origine naturelle, travaux en collaboration avec l’Université de l’Ouest (Szombathely, Hongrie), l’UQAM (Canada) et l’Université « Alexandru Ioan Cuza » (Iasi, Roumanie). Les notions de qualité/dégradation des milieux et des environnements (hydrosphère, biosphère, atmosphère) représentent un facteur de risque de premier plan, en lien étroit avec les activités économiques et l’impact des sociétés humaines sur l’environnement et les géoressources, générant potentiellement des conflits d’acteurs ou des tensions sociétales. Au-delà du schéma classique aléa/enjeu-vulnérabilité/risque/catastrophe, la réflexion autour de la notion de risque, fondement de cet Axe ERE, s’appuie sur une démarche pluridisciplinaire et transdisciplinaire, à l’interaction entre l’homme et le milieu, le temps et l’espace, des environnements passés au fonctionnement actuel de l’aléa à la catastrophe, de la réalité des faits mesurés au discours plus ou moins maîtrisé ou adapté[12]. Dans un cadre territorial plus large, l’histoire des risques, de leur imprévisibilité aux politiques de gestion prévisionnelle, de l’accident à la catastrophe permettra de réinterroger les trajectoires des aires touristiques et les dynamiques et tensions socio-spatiales de l’économie touristique du Sud-Ouest.

– En termes de moments révélateurs, nœuds gordiens de la dialectique des risques, nous nous focaliserons sur les guerres et la gradation des formes de conflictualité.

– En termes de champs nous nous concentrerons, comme dans le chantier 2, sur la question énergéticienne sous deux angles complémentaires, les risques de pénurie et l’histoire de leur perception et de leurs discours et d’autre part l’histoire des formes de sabotages et de leurs enjeux multiformes.

La communication, en tant que médiation, offre un prisme transversal indispensable et dans ce chantier Risques et elle permettra d’interroger, dans une approche historique comparée les crises de communication, dans le domaine en priorité de l’alimentation et de l’énergie, dans une fertilisation croisée avec les chantiers 1 et 2.

Un partenariat sera établi, dans une perspective d’histoire « connectée » de l’environnement, d’une part avec la revue codirigée par Anne-Marie Meyer Dynamiques environnementales[13] et d’autre part avec la collection Les petits vocabulaires de la géographie, dirigée par Teddy Auly aux Editions Confluences[14], en renforçant l’approche d’histoire moderne et contemporaine, au demeurant déjà présente dans les deux types complémentaires de publications.

 

Opérations :

– une Journée d’études ou un Colloque du Réseau universitaire de chercheurs en histoire environnementale RUCHE), coordonnée par Charles-François Mathis, sur La mobilisation de l’énergie.

– Ouvrage sur Les risques et catastrophes d’origine anthropique, à l’interaction de l’Histoire et de la Géographie, coordonné par A.-M. Meyer et T. Auly

– Publication réunissant les conclusions du PEPS RisCartEau obtenu en 2014.

– Réalisation d’un Atlas des aléas climatiques en Aquitaine, coordonné par A. Contis et T. Auly.

– Deux numéros pluridisciplinaires de la revue Dynamiques Environnementales :

 . « Voyages de scientifiques » (explorateurs, cartographes, scientifiques…) ;

 . « Tourisme et environnement : un développement soutenable est-il possible ? ».

Participants à l’Axe ERE : Anne-Marie Meyer, Alexandre Fernandez, Christophe Bouneau, Caroline Le Mao, Corinne Marache, Stéphanie Lachaud, Dominique Picco, Dominique Pinsolle, Philippe Meyzie, Guillaume Hanotin, Christophe Lastécouères, Marguerite Figeac, Michel Figeac, Jean-Paul Révauger, Charles-François Mathis, Timothée Duverger, Jan Oliva, Renan Viguié, Teddy Auly et quels autres membres de EEE ?