Circulations et échanges en Europe Centrale et Orientale XVIe-XXIe siècles

Axe Transversal :« Europe Centrale »

Circulations et échanges en Europe Centrale et Orientale XVIe-XXIe siècles

Responsables : Olga Gilles-Belova  et Eric Suire.

Le quadriennal précédent avait comme thème : la forme et l’enjeu de l’échange entre la France et l’Europe Centrale de 1619 à 1989. Les mutations internes du paysage scientifique de l’Université Bordeaux Montaigne, notamment l’intégration des membres de l’ancienne équipe EEE au sein du CEMMC, ouvrent de nouvelles perspectives dans le cadre du prochain quinquennal. Une orientation plus large qui dépassera le cadre de l’Europe centrale pour intégrer l’Europe orientale devient possible grâce à l’apport du collectif d’études et de recherches sur les Civilisations slaves (CERCS) dont les activités sont coordonnées par Maryse Dennes et Olga Gille-Belova. Les partenariats institutionnels déjà existants entre l’Université Michel de Montaigne (animés par la section d’études slaves de l’UFR Langues et Civilisations) et de nombreuses universités russes (Université d’Etat de Moscou Lomonossov, Russie, Université d’Etat de Saint-Pétersbourg, Russie, Université de Ekaterinbourg, Russie, Université de Krasnodar, Russie), le Pôle franco-russe en Sciences humaines et sociales (PFR-SHS) créé à la MSHA, dans le cadre d’une convention avec l’Académie des sciences de l’éducation de Russie, ainsi que des contacts personnels dans les universités biélorusses et ukrainiennes pourront servir à établir les coopérations fructueuses entre les historiens bordelais et leurs collègues Est-européens. Les collaborations ponctuelles ont déjà d’ailleurs eu lieu auparavant entre le CEMMC et l’EEE, notamment grâce à l’invitation conjointe des historiens russes à Bordeaux. De surcroit, l’élargissement à ces pays des dispositifs de coopération déjà existants au sein de l’UE, tel que par exemple le programme Erasmus Mundus, ainsi que l’existence de dispositifs particuliers du soutien à la coopération scientifique dans le cadre du partenariat orientale de la politique du voisinage de l’EU, encouragent la mise en place des projets de coopération avec les établissements de ces pays.

La thématique qui retiendra plus particulièrement notre attention portera sur les circulations et les échanges en Europe Centrale, mais sans que celle-ci soit exclusive, car depuis sa création, l’objectif de l’axe transversal est avant tout de proposer un champ géographique d’expérimentation.

Axe Pouvoirs: acteurs, espaces et représentations :

En prolongement des travaux réalisés à l’occasion du quadriennal 2010-2014, l’axe transversal a proposé à Christine Bouneau d’étendre la réflexion menée sur les corps intermédiaires en France à l’espace de l’Europe centrale et orientale. De fait, l’étude des corps intermédiaires ne dépasse que trop rarement le cadre national ; notre propos serait d’organiser un cycle de séminaires pour comparer ces institutions que sont les parlements français d’Ancien régime, les diétines polonaises, les comitats hongrois, les starostes russes, notre but étant de s’intégrer à terme dans les travaux de l’International Commission for History of Representative and Parliamentary Institutions. On combinera présentations monographiques, afin de mieux comprendre la nature de chacune de ces institutions, et approches croisées à partir d’une grille de lecture permettant une comparaison transversale (personnel, compétence, ressort…)

Le château a toujours retenu l’attention des chercheurs du CEMMC en tant que lieu de pouvoir. Il avait d’ailleurs fait l’objet d’un colloque sur le château lieu d’identité, publié en tchèque en 2010 à Ceske Budejovice sous la direction de V. Buzek avec des contributions de Michel Figeac, Olivier Chaline, C. Le Mao, J. Bérenger et M. Figeac-Monthus. Il s’agirait de prolonger cette réflexion en la centrant sur le pouvoir d’autant plus que dans le cadre d’un programme Polonium, nous avons développé un partenariat avec le château de Wilanow [Olga Gilles Belova]

Axe Modèles urbains, modèles d’urbanité :

L’axe transversal Europe centrale et orientale se propose aussi de participer à l’ouverture internationale de l’axe Modèles urbains, modèles d’urbanité, qui confronte le cas français aux modèles anglo-saxons, en reprenant et approfondissant plus spécifiquement certaines des thématiques proposées.

Ainsi, le thème des modèles urbains, qui permet de se concentrer sur des types particuliers de villes sera l’occasion, pour les spécialistes du monde russe, de lancer une réflexion sur Les villes « monoindustrielles » en Russie.

A l’époque soviétique (notamment dans les années 1930, puis dans les années 1950-60) un certain nombre de petites villes ont été créées dans la partie européenne de la Russie, avec pour principale fonction de fournir une infrastructure urbaine à un site industriel. Leur création a été encouragée et soutenue par les autorités politiques centrales dans le cadre de l’industrialisation du pays. La population de ces villes était essentiellement employée soit au sein de l’unique entreprise industrielle autour de laquelle la ville était créée, soit dans le secteur des services destinés à ses employés (écoles, hôpital, commerces, administration municipale, etc.). Après la chute de l’URSS, le passage à l’économie de marché a provoqué une profonde crise économique et sociale de ce type de modèle urbain, jusqu’à remettre en question l’existence de ces villes monoindustrielles. L’étude du phénomène des villes monoindustrielles a jusqu’à présent essentiellement été envisagée sous l’angle de l’économie ou de la sociologie : une approche historique de ce modèle urbain soviétique pourrait de ce fait s’avérer intéressante et innovante. On pourrait également s’interroger sur la spécificité du dit modèle dans sa comparaison avec les petites villes industrielles européennes ou américaines (créées par exemples près des mines de charbon, d’or, etc.). Cette thématique pourrait également évoluer par la suite vers l’analyse des effets de la désindustrialisation sur les modèles urbains.

Par ailleurs, l’argumentaire sur Modèles urbains Modèles d’urbanités insiste sur le renouvellement historiographique actuel des études urbaines. L’application de l’historiographie française et de ses méthodes à l’espace de l’Europe centrale et orientale donne naissance à des thèses novatrices, dont le CEMMC se propose de diffuser les résultats. Aussi, dans la volonté de continuer à articuler recherche et enseignement, de poursuivre la collaboration initiée avec l’école doctorale, on prévoit d’organiser une journée d’études réunissant doctorants et jeunes docteurs issus d’écoles historiques différentes ; des contacts ont été pris avec Nicolas Richard (Villes et religion à partir du cas de Prague), Matthieu Magne (villes thermales, notamment Teplice), David Do Paço (Vienne), Mathieu Aubert (les villes princières des Esterhazy) et nous pensons contacter Eric Hassler (Vienne) et Benjamin Landais (Banat). Tous, jeunes chercheurs, traduisent le renouveau des études sur l’histoire de l’Europe Centrale.

Une journée d’étude spécifique : la place des quartiers juifs qui a déjà été abordée en France dans les cas de Bayonne Saint-Esprit, de Bordeaux ou de Carpentras pourrait être facilement traitée. Pour un simple exemple à Presburg-Pozsony-Bratislava qui illustra la forte présence d’une minorité juive placée sur l’autre rive du Danube sur les terres du comte Palffy, une étude peut être présentée par les chercheurs hongrois avec lesquels nous sommes en contact. Il en va de même à Cracovie avec le quartier de Kazimierz. Le dialogue interconfessionnel ne fut pas toujours évident et replacer ce débat dans un temps long jusqu’à l’histoire immédiate est possible en fonction des études menées aussi bien à Bordeaux qu’en Europe Centrale ou Orientale

Dans le cadre de l’axe transversal « L’histoire comparée des villes » et du sous-axe 2 « Modèles d’urbanité. Agencer la ville. », O.Gilles-Belova souhaite s’intéresser avec les chercheurs de l’ESPE d’Aquitaine aux universités européennes : succès ou échec d’un modèle universitaire ?

Au début des années 1990 plusieurs projets de création d’universités dites « européennes » ont vu le jour dans les pays d’Europe Centrale et orientale (Budapest, Saint-Pétersbourg, Minsk). Universités privées, fondées grâce au soutien de pays étrangers et d’organisations internationales, visant à rompre avec la tradition soviétique de l’enseignement supérieur, dans lequel les sciences humaines sociales sont restées inféodés à la domination du marxisme-léninisme, ces universités avaient l’ambition de proposer des formations issues de coopérations étroites avec les établissements européens et américains, de devenir les pionniers de la modernisation et de l’internationalisation de l’ES, et de former les nouvelles élites intellectuelles de ces pays. Que deviennent ces universités au bout de vingt ans d’existence et ont-elles réussi de réaliser leurs ambitions ? Quelle est leur place dans les systèmes d’ES de leurs pays respectifs et dans le paysage européen recomposé par la création de l’espace commun de l’enseignement supérieur en 2010 à l’issue de processus de Bologne lancé en 1999 ?

Axe : Echelles, Réseaux, Environnement :

Le programme veut mettre en avant la communication dans sa triple acception : industrielle, culturelle et politique dans une articulation des échelles régionales, nationales et internationales.

Il se trouve que nous avons obtenu très récemment un Phc Barande avec le Professeur Efmertova (Ecole Polytechnique de Prague) qui va nous permettre de réfléchir autour des élites et de la promotion de l’industrie en France et en République tchèque. Le 2 novembre 1801 fut fondée en France la Société d’encouragement pour l’industrie nationale qui avait pour objet la promotion de l’industrie. En parallèle, l’Unité pour l’encouragement de l’industrie en Bohême fut créée sur le modèle français le 1er mars 1833. Les objectifs étaient l’expertise des inventions, l’encouragement à l’innovation au moyen de concours et de prix. À la suite de la comparaison, il faudra étudier le transfert des connaissances techniques d’un pays à l’autre, la réception des structures administratives françaises pendant les guerres napoléoniennes, la mise en œuvre des connaissances de l’Etat en France (ponts, routes…) et démontrer l’importance des deux associations dans cette perspective.

L’axe transversal propose également une réflexion sur les voyageurs de l’époque moderne à nos jours en collaboration avec les actions conduites à Nice-Antipolis par Pierre-Yves Beaurepaire. On travaillera plus particulièrement sur les conditions matérielles du voyage (vitesse, manière de voyager, alimentation, regard sur l’autre, perception par les sens…) Là encore, les tables rondes seront privilégiées.

Produit de cette réflexion éclatée en séminaires et en tables rondes, il nous faudra tenir un colloque en fin de quinquennat qui nous permettra de regrouper le réseau des chercheurs avec lequel nous travaillons en Europe Centrale et Orientale. En 2008, nous avions organisé un colloque sur l’influencer française en Europe Centrale, problématique désormais un peu datée que les circulations permettent de dépasser tout en intégrant les apports. Il s’agira à la fois d’apprécier l’importance des infrastructures (routes, réseaux postaux, vecteurs d’information), de l’environnement des échanges (relations internationales), de mettre l’accent sur l’espace et les territoires (cartographie), indissociables de l’étude des acteurs, des institutions concernées et des objets mobilisés.