L’Hôtel urbain en Europe : pôle de modernité et de transformation dans la ville

hotel-de-la-tresne-bordeaux
L’Hôtel urbain en Europe : pôle de modernité et de transformation dans la ville, 12-13 janvier 2017
Le 12 janvier de 13H30-18H00 à la MSHA, salle 2
Le 13 janvier de 9H00-12H30 à la MSHA, salle Jean Borde
Workshop organisé par Michel FIGEAC.
 
Nota : Il ne s’agit pas d’un colloque mais d’un workshop ou réunion de travail qui aura pour objet la réalisation d’un livre. Ceci dit, le première après-midi (12 janvier) pourrait être intéressante pour les étudiants pour les étudiants d’histoire moderne travaillant en histoire sociale et plus particulièrement sur la noblesse ou le négoce.
 

Pourquoi travailler sur l’hôtel urbain en Europe 
« Les bâtiments sont une honnête et nécessaire suite de la charge aussi bien que le train et les ameublements auxquels la vanité et la pompe de la ville nous obligent » écrivait le Président de Grimaldi-Régusse à propos des hôtels particuliers d’Aix-en-Provence, ce qui souligne parfaitement à quel point ces grandes demeures, sortes de châteaux urbains ou de palais à l’italienne selon les référents, étaient un signe de magnificence, d’ostentation, de prestige et un enjeu entre les élites anciennes et les nouveaux riches issus du tiers-état, comme ont pu le montrer des exemples tels que celui de Le Couteulx à Rouen ou de Bonnaffé à Bordeaux.
L’hôtel urbain a dès lors déjà retenu l’attention des chercheurs et fait l’objet de nombreuses monographies dans le cadre d’une ville comme celle d’Alexandre Gady sur les Hôtels particuliers à Paris, d’Olivier Chaline sur Les hôtels particuliers de Rouen ou de thèses comme celle d’Éric Hassler, La Cour de Vienne, 1680-1740 : service de l’empereur et stratégies spatiales des élites nobiliaires dans la monarchie des Habsbourg pour ne citer que trois ouvrages très récents mais aucune synthèse n’a été tentée jusqu’ici. Ces trois auteurs nous ont promis leur concours et l’idée est donc de réunir les meilleurs spécialistes de cette question à Bordeaux pour constituer un réseau qui pourra réfléchir ensemble à de futurs projets de dépôts d’ANR voire H2020 puisque notre équipe est très largement européenne. L’ANR pourra être déposée fin 2017. En fin de parcours, nous rédigerons un ouvrage collectif et cela même si le dépôt d’ANR n’était pas couronné de succès.
Cette question est ouvertement pluridisciplinaire car elle intéresse aussi bien les historiens que les historiens de l’art et nous associerons aussi dans le futur des littéraires et des géographes. En effet, les hôtels particuliers, ce ne sont pas que des façades mais aussi des lieux de sociabilité, des centres de consommation ouverts sur les nouvelles modes, des bâtiments autour desquels s’organisent des quartiers. On pense à élaborer une cartographie spatiale par quartiers dans différentes villes.
Cette question implique bien évidemment les spécialistes du patrimoine car elle pose la question de la transformation de ces grands bâtiments en immeubles locatifs, en bâtiments administratifs avec cela a pu entraîner comme modifications et comme destructions. Cela pose aussi bien sûr le problème de leur sauvegarde.
 
La méthode :
La séance de travail que nous avons prévue en janvier 2017 sera consacrée à une définition des objectifs, à une confrontation des historiographies, à l’élaboration d’un plan de travail et à la présentation par chaque participant de ce qu’il envisage de faire à l’intérieur du futur réseau.
Il s’agira d’une démarche comparative largement ouverte aux historiens européens (12 Français – 8 étrangers) pour le moment, avec des possibilités d’extension. 
Il ne s’agira pas de faire des monographies de tel ou tel hôtel particulier, ce qui est souvent déjà très bien réalisé, mais de nous intéresser à ces éléments architecturaux comme lieux de transformation du paysage de la cité, lieu d’innovation et pôle économique dynamique. Il est bien sûr évident que la problématique est différente en fonction de la nature des villes, des niveaux de fortune du propriétaire et des pays concernés. Il faudra envisager la problématique par type de villes (villes capitales, villes portuaires, villes administratives et judiciaires…). La population est aussi un critère à prendre en compte.
Quelques axes retiendront plus particulièrement notre attention :
·         Les sources à utiliser et la méthodologie à développer avec les archives notariales, le centième denier et les autres sources fiscales, le cadastre, les lièves, les traités architecturaux bien évidemment…
·         Définir l’hôtel urbain. Quelle différence avec le palais ? Doit-on inclure les palais dans notre futur ouvrage. Les types d’hôtels : hôtel de parlementaires, de ducs, de négociants… Doit-on inclure les hôtels qui abritent des administrations ? Circulation des modèles entre la capitale et la province.
·         l’hôtel urbain comme lieu d’apparition des nouveaux styles, des modes, des influences extérieures qui en font un lieu d’hybridation.
·         l’hôtel comme lieu qui ouvre sur l’apparition de nouveaux quartiers, qui modifie le parcellaire urbain. Il est rare qu’un hôtel soit isolé et de nombreux nobles possèdent dans le même quartier des immeubles de rapport, ce qui leur permet des opérations d’envergure.
·         l’hôtel comme lieu d’adoption de la modernité, des nouvelles modes, lieu de consommation.
·         l’hôtel comme lieu de travail, comme foyer culturel qui abritait des lieux propices aux nouvelles idées dans le cadre de salons, de cabinets de curiosité, de théâtres privés, de laboratoires scientifiques…
·         Les reconversions des hôtels urbains au fil du temps.
Pour cette première rencontre, l’idée est de réunir un nombre limité d’intervenants afin de favoriser les débats, de créer une équipe qui pourra se retrouver régulièrement et qui s’élargira au fil du temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *