Les chemins de la correspondance

image-correspondance

Les chemins de la correspondance
Matérialité et stratégies en Europe et ses prolongements coloniaux, XVIIe-XIXe siècles

Journée d’études des Jeunes Chercheurs et Doctorants,
organisée par Lauriane Cros,
le 9 novembre 2016, à la MSHA,  salle Jean Borde

Affiche et programme

La correspondance est un acte de communication à distance qui s’inscrit dans son contexte, dans  son environnement et utilise des cheminements multiples. Cette journée s’interroge sur l’organisation matérielle de cette correspondance, les parcours empruntés à travers les territoires, les stratégies développées par les acteurs de cet échange ou encore les pratiques de la communication et les innovations attachées à ces circulations privées ou institutionnelles. L’histoire matérielle, l’histoire sociale ou culturelle, l’histoire politique et diplomatique sont autant de prismes pour considérer ces parcours de la correspondance.

On s’intéressera à l’espace européen et ses prolongements coloniaux où la frontière et la distance sont autant de contraintes à considérer dans l’organisation de ces échanges épistoliers. Les réseaux d’acheminement qui lient des acteurs et des espaces interrogent également la temporalité du parcours, temporalité qui tend à varier face aux innovations et progrès techniques. Cet éloignement, le coût du transport, les contraintes font de la correspondance un acte réfléchi et volontaire qui manifeste des stratégies particulières de la part des acteurs intéressés par cet échange, celui qui envoie, celui qui reçoit, celui qui transporte ou encore celui qui intercepte.

La thématique de cette journée permet de s’interroger sur la correspondance en tant qu’objet de circulation dans sa diversité. Lettre, gazette, libelle, télégramme ou encore carte postale sont vecteurs d’échanges, souvent réciproques et instrument de connaissances.

Les rapports épistoliers se renouvellent et se renforcent, les abonnements aux gazettes et aux journaux se multiplient depuis le XVIIe siècle à l’échelle européenne et atlantique. Cette circulation permet d’aborder le parcours et les aspects matériels de cette correspondance, les structures humaines et matérielles, financières nécessaires. Les obstacles temporels et spatiaux, les difficultés d’assurer le suivi de la correspondance tendent à diminuer avec la multiplication des progrès techniques, tandis que les conjonctures politiques ou militaires peuvent tout autant désorganiser les parcours de la correspondance. L’usage de la petite poste, de la poste aux chevaux, du train postal ou du télégraphe questionne les territoires et leur appropriation, aborde la diversité des échelles traitées et des mobilités par l’intermédiaire de la lettre. Les structures postales usitées, les moyens de transports personnels ou les acteurs officiels de l’échange témoignent de la question des coûts de la circulation. À la réflexion sur le coût et la matérialité de l’envoi ou de la réception répond des préoccupations de contournements par certains de ces divers acteurs.

Les usages de la lettre, les stratégies déployées amènent à s’interroger sur les enjeux liés à ces échanges. L’information et la diffusion de connaissances, ou au contraire la déperdition d’informations par la censure ou l’auto-censure, par la sensibilité des contenus ou des acteurs impliqués sont à interroger. De même que la porosité des échanges face au secret et la clandestinité, les risques d’espionnage ou de divulgation, le regard du destinataire ou de l’opinion publique, l’utilisation de la lettre pour construire des politiques ou des réseaux sont autant d’exemples des enjeux attachés à la correspondance et son cheminement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *